Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

18 décembre 2017

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Pierrick Naud met un terme à sa carrière de cycliste

©gracieuseté - Rally Cycling

CYCLISME. Sans contrat professionnel, Pierrick Naud a choisi de mettre un terme à sa carrière de cycliste après 16 ans de vélo sur route. Il entend maintenant se consacrer à son métier d'ingénieur.

L'Amossois vient de compléter sa troisième saison avec l'équipe américaine Rally Cycling, qui vient d'obtenir sa licence Pro Continental de l'Union cycliste internationale.

«Rally avait une équipe forte cette année et ils ne m'ont pas donné de grosses courses. J'avais obtenu de bons résultats au Tour de Normandie ce printemps, mais ça n'a pas impressionné les dirigeants de l'équipe. Ils ne m'ont pas choisi pour le Tour de Californie. Puis, au Tour de Beauce, j'ai été malade, ce qui a gâché mes chances de me faire valoir pour le reste de la saison. J'ai perdu ma motivation», raconte l'athlète de 26 ans qui entamera un stage de quatre mois dans le domaine minier en janvier.

Silber Pro dans la mire

Réalisant qu'il n'était plus dans les plans de Rally, Pierrick Naud a approché l'équipe canadienne Silber Pro au début du mois d'août. «Ils s'étaient montrés intéressés au cours des deux dernières saisons, alors je les ai contactés. Au début d'octobre, ils m'ont finalement avisé qu'ils n'avaient pas de place. Il était rendu tard. J'ai approché d'autres équipes américaines, mais elles étaient pleines», relate-t-il.

©gracieuseté - Julie Paré

Pierrick Naud, sur la 2e marche du podium, au Grand Prix de Charlevoix cette saison.

Une nouvelle tentative auprès de Silber Pro a nourri son espoir d'enfourcher son vélo la saison prochaine. «Ils m'ont dit qu'ils me reviendraient dans deux semaines, mais je n'ai jamais eu de retour. Ils m'ont laissé languir. Ils auraient au moins pu me rappeler», confie-t-il avec amertume.

Pas à n'importe quel prix

Pierrick Naud aurait sans doute pu se trouver une équipe offrant de moins bonnes conditions, mais il n'avait pas vraiment l'intention de faire un pas en arrière, surtout maintenant que ses études en génie mécanique à la Polytechnique de Montréal sont terminées.

«J'aurais aimé faire une autre saison, mais pas à n'importe quel prix. Ça ne me tente pas vraiment de courir avec des conditions moindres ou sans salaire. Pour moi, c'était Silber ou rien. J'aurais aimé courir avec Marc-Antoine (Soucy) et Charles-Étienne (Chrétien). J'aurais pu les aider, leur partager mon expérience. Il y a aussi des gars avec qui j'avais de bonnes relations dans l'équipe», se désole-t-il.

Il ne regrette donc rien de son aventure en vélo. «C'est sûr que c'est des sacrifices importants. Il faut s'entraîner fort. On est toujours partis aux États-Unis et en Europe. Mais ça m'a justement permis de voyager et de vivre des choses extraordinaires», fait valoir celui qui a porté les couleurs de Rocky Mountain, Ekoï-Gaspésien et Garneau-Québecor.

Les études

Il est surtout fier d'avoir poursuivi ses études universitaires en parallèle à sa carrière de cycliste, même s'il lui a fallu six ans et demi au lieu quatre pour décrocher son baccalauréat. «J'aurais peut-être eu une carrière différente si je n'avais pas poursuivi mes études, mais je ne le regrette pas. C'était ma sécurité en cas de blessure ou si je ne me trouvais pas une équipe», précise celui qui est prêt à s'impliquer auprès des jeunes cyclistes de la région.

©© Pasquale Stalteri Photography

Pierrick Naud (à gauche). vice-champion canadien du critérium en 2017.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média