Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

29 mai 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Pygmalion érige sa première maison à Amos

©L'Écho abitibien/Le Citoyen - Martin Guindon

SANTÉ. Les Résidences Pygmalion ont donné le coup d'envoi à la construction de la Maison des petits bonheurs, qui accueillera ses premières résidentes en janvier prochain à Amos.

Les travaux sont effectués par l'entrepreneur local MVF Larochelle. L'édifice est érigé sur la rue du Centenaire, dans le nouveau Domaine BelleVie. Il sera livré en septembre, puis l'organisme le préparera à recevoir ses locataires pour le début de l'année 2019. La maison hébergera trois femmes ayant une déficience intellectuelle associée à d'autres problématiques. Une ressource pour les accompagner y occupera un logement.

Ce qu'on veut mettre en place, c'est un véritable milieu de vie où ces personnes pourront avoir tout le soutien dont elles ont besoin -André Gaulin

«C'est un projet de 645 000 $, ce qui inclut toutes les dépenses jusqu'à l'achat du terrain. La maison sera louée par ses occupantes. On ne cadrait dans aucun programme gouvernemental, alors il a fallu compter sur la générosité du milieu pour nous aider à financer le projet. Il nous manque encore environ 50 000 $ pour compléter le financement», a indiqué le président André Gaulin, qui a souligné la qualité de l'accueil reçu auprès de la Ville d'Amos et de la communauté.

Le soutien de la Ville

La Ville d'Amos soutient le projet avec une aide financière de 15 000 $, un crédit de taxes sur cinq ans et raccordera gracieusement la Maison des petits bonheurs à ses services municipaux.

«Je suis vraiment content d'assister aujourd'hui à votre pelletée de terre et que vous ayez choisi Amos pour votre première maison. Bravo pour votre courage et votre ténacité. Votre projet ne cadrait dans aucun programme et vous êtes quand même parvenus à le mener à terme. On avait de la difficulté à trouver de l'hébergement pour la clientèle que vous visez, ce qui m'attristait. Vous proposez une solution très humaine et c'est tout à votre honneur», a souligné le maire Sébastien D'Astous.

Une formule novatrice

Ce que proposent les Résidences Pygmalion s'inspire d'un modèle étudié en Estrie par son instigatrice, Suzanne St-Cyr. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS) trouvera et évaluera la ressource qui habitera avec les trois résidentes. Celle-ci sera financée à même le programme des Ressources de type familial. Le CISSS verra aussi à fournir tous les services professionnels nécessaires.

«Nous sommes fiers de nous associer à ce projet. Il fallait trouver avec les promoteurs une façon de faire qui répond aux besoins de cette clientèle, mais qui cadrait également dans nos programmes existants. Votre projet offre la possibilité à une ressource qui ne peut fournir sa maison d'aider des personnes avec une déficience intellectuelle. On veut souligner l'aspect novateur du projet. C'est le premier dans la région à voir le jour sous cette forme», a souligné pour sa part Caroline Blanchard, directrice des programmes Déficience au CISSS.

La première…

Pour leur part, les Résidences Pygmalion assureront l'entretien de la Maison des petits bonheurs. Elles n'écartent pas la possibilité de développer d'autres résidences similaires dans la région.

Voyez aussi: 

Pygmalion propose une alternative aux familles d'accueil

Pygmalion lance sa campagne de financement

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média