Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

12 août 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Le marché immobilier reprend de la vigueur en Abitibi

Maison vente

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Au cours de la dernière année, le nombre de transactions a augmenté de 5 % pour atteindre 1806 en Abitibi-Témiscamingue.

IMMOBILIER. Les fortes hausses du nombre de transactions à Rouyn-Noranda et du prix médian dans la Vallée-de-l’Or au cours des 12 derniers mois témoignent du regain de vigueur du marché pour les résidences unifamiliales en Abitibi-Témiscamingue.

C’est à cette conclusion qu’arrive JLR Solutions Foncières dans son Bilan des ventes d’unifamiliales par division de recensement paru en juillet. Pour son étude, la firme s’appuie sur les transactions publiées au Registre foncier du Québec.

Elle attribue ces résultats exceptionnels pour la région par la vigueur du marché des matières premières, puisque l’exploitation et la transformation des ressources minières et forestières y sont prédominantes.

Plus forte hausse dans la Vallée-de-l’Or

Parmi les divisions de recensement où l’on a vu plus de 300 transactions entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2018, c’est dans celle de la Vallée-de-l’Or que le prix médian a le plus augmenté (+11 %) au Québec. Celui-ci atteint 215 000 $.

Publicité

Défiler pour continuer

Le prix médian permet de diviser une série statistique en deux, c’est-à-dire qu’environ 50 % des ventes ont été effectuées à un prix supérieur et environ 50 % à un prix inférieur.

Quant au nombre de transactions dans la Vallée-de-l’Or, il est quant à lui demeuré relativement stable, enregistrant une hausse de 1 % pour s’établir à 521 ventes.

Bond de 25 % à Rouyn-Noranda

Le prix médian le plus élevé dans la région demeure à Rouyn-Noranda, à 220 000 $, en hausse de 2 %. C’est toutefois sur ce territoire qu’on a enregistré la plus forte hausse du nombre de transactions au Québec. Elles y ont fait un bond de 25 % pour atteindre 515 ventes de résidences unifamiliales au cours des 12 derniers mois.

JRL Solutions Foncières précise qu’il s’agit d’une forte montée pour ce secteur après quelques trimestres au ralenti.

Les autres territoires

Pour sa part, le Témiscamingue a vu son prix médian bondir de 10 % (à 125 000 $), mais a connu une baisse de 6 % de ses transactions (220).

Dans la MRC Abitibi, le prix médian a crû de 6 % pour atteindre 169 500 $ pour 298 transactions, en baisse de 1 %. En Abitibi-Ouest, le prix de vente médian est demeuré à 130 000 $, en dépit d’une hausse du nombre de transactions de 2 % (252).

Plus fortes hausses que le Québec

Globalement pour la région, selon le Rapport trimestriel sur le marché immobilier au Québec pour le deuxième trimestre de 2018, publié également par JLR Solutions Foncières, le prix médian s’élevait à 186 000 $, en hausse de 6 %, pour la même période. Quant au nombre de transactions, il a augmenté de 5 % pour atteindre 1806.

Pour l’ensemble du Québec, le prix médian des résidences unifamiliales acquises a grimpé de 4 % pour atteindre 245 000 $, alors que le nombre de transactions a augmenté de 3 %, s’élevant à 79 878 ventes.

 

Données différentes de la Chambre immobilière

Les statistiques sont différentes pour la Chambre immobilière du Québec, qui s’appuie plutôt sur la base de données Centris, qui compile les transactions effectuées par le biais d’un courtier.

Pour Rouyn-Noranda, la Chambre note une hausse des ventes de 5 % (375) avec un prix médian en hausse de 9 % à 223 250 $ pour les 12 derniers mois. Le délai de vente moyen de 103 jours est en baisse de 3 %. Dans la Vallée-de-l’Or, elle rapporte 323 ventes, en baisse de 11 %, à un prix médian de 225 000 $, en hausse de 3 %. Le délai de vente moyen de 101 jours est en chute de 33 %.

 

Mauvaises créances en chute

Selon le Rapport trimestriel sur le marché immobilier au Québec pour le deuxième trimestre de 2018 de JLR Solutions Foncières, le nombre de mauvaises créances est en chute depuis 12 mois en Abitibi-Témiscamingue. La firme fait état de 97 préavis d’exercice, 41 délaissements et de 97 hypothèques légales, pour des variations respectives de -17 %, -20 % et -13 %.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média