Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

09 Janvier 2018

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Un Abitibien aux commandes des Lions de Zurich

©Photo - Andreas Urban/Capitals de Vienne

L’Abitibien Serge Aubin aime la pression et il sera plus que jamais servi à souhait à cet égard à compter de la saison prochaine.

L’homme de hockey originaire de Val-d’Or, qui fait carrière en Europe depuis une douzaine d’années, va en effet prendre le poste d’entraîneur-chef des Lions de Zurich, lesquels sont à la Suisse ce que le Canadien de Montréal est au Canada. Une très grosse affaire.

Si la nouvelle n’a pas eu vraiment d’échos au Québec, elle a fait du bruit sur le Vieux-Continent. «Zurich est un très gros marché, Marc Crawford et Bob Hartley ont coaché là, ça représente un défi important pour moi, mais je me sens à l’aise et prêt à le relever, affirme Serge Aubin, qui dirige présentement les Capitals de Vienne, actuels meneurs et champions en titre de la ligue d’Autriche.

«Il s’agit d’une belle opportunité et d’un retour aux sources, puisque j’avais commencé mon aventure européenne en Suisse (à Genève), mais avant cela, j’ai encore beaucoup de boulot à Vienne, avec une 1re position et un championnat à défendre, signale-t-il. C’est sûr qu’il y a beaucoup de pression, mais c’est la vie qu’on a choisie et il faut accepter ça. Un peu comme à Montréal, on ne peut pas penser qu’on va passer une bonne journée après avoir subi une quatrième ou une cinquième défaite de suite!», ajoute Aubin en rigolant.

Objectif LNH

Serge Aubin, qui a signé un contrat de deux ans et une année d’option avec les Lions de Zurich, se dit très excité à l’idée de diriger cette véritable institution en Suisse.

«Il y a beaucoup de talent dans cette formation, avec notamment six joueurs qui font partie de l’équipe nationale suisse, souligne-t-il. Le hockey occupe une place importante dans ce pays, c’est le deuxième sport, tout juste après le ski, et le public vibre vraiment au rythme de son équipe, ce qui est une bonne chose car ça nous force à travailler pour être meilleurs tous les jours.»

Aubin ne s’en cache pas, il espère que son passage à Zurich et dans la puissante ligue suisse sera pour lui un tremplin vers la Ligue nationale. «Le but ultime, c’est la LNH, indique l’entraîneur, qui aura 43 ans en février. Ça prend un concours de circonstances et le bon ‘’timing’’ pour accéder à la LNH, mais l’intérêt est là, absolument.»

La piqûre du "coaching''

Après avoir joué chez les pros en Amérique durant 11 ans, dont cinq dans la Ligue nationale (à Colombus, au Colorado et à Atlanta), Serge Aubin s’est exilé en Europe en 2006. L’ancien attaquant a joué trois ans à Genève et deux autres à Fribourg, dans la Ligue A suisse, avant de disputer une dernière saison comme joueur actif à Hambourg, en Allemagne.

Il a passé quatre autres années à Hambourg, d’abord comme entraîneur-adjoint, ensuite comme instructeur-chef, avant de prendre les commandes des Capitals de Vienne en 2016. «Après quatre opérations à une main, j’en ai eu marre des blessures et j’ai pris ma retraite de joueur à 37 ans (en 2012), relate Aubin.

«Mon directeur sportif à Hambourg m’a alors offert un poste d’entraîneur et j’ai rapidement eu la piqûre. Je me sens vraiment bien dans ce domaine. Ce n’est pas un métier facile, mais c’est très gratifiant et ‘’trippant’’ quand tu parviens à faire travailler 20 joueurs tous ensemble», fait-il observer.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par