Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

14 Octobre 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Légalisation du cannabis: Amos informe et consulte

cannabis

©Photo archive

La légalisation du cannabis au Canada amène les municipalités à se positionner sur sa consommation dans les lieux publics où elle n’est pas déjà interdite par les lois provinciales.

MUNICIPAL. Dans la foulée de l’entrée en vigueur de la loi fédérale légalisant le cannabis, la Ville d’Amos tiendra une séance d’information et de consultation de sa population, le jeudi 18 octobre dès 19h, au Théâtre des Eskers.

«Notre objectif, c’est de démystifier la loi en lien avec nos règlements déjà existants sur la paix et le bon ordre, la consommation de l’alcool, sur le tabac et le vapotage. On veut informer les gens sur ce que la nouvelle loi permet et ne permet pas. Et on veut essayer de voir avec nos citoyens si l’on doit adopter un règlement plus sévère ou tout simplement se coller aux nouvelles lois qui sont déjà restrictives», explique le maire Sébastien D’Astous.

Ce dernier reconnaît que le débat sur la consommation du cannabis est très polarisé. «C’est pourquoi nous n’étions pas prêts au conseil à adopter une réglementation à la va-vite. Mais une chose demeure, c’est que le cannabis sera légalisé au Canada à compter du 17 octobre», précise M. D’Astous.

«Les gens sont soit vraiment pour, soit vraiment contre, il n’y a pas de zone grise» - Sébastien D’Astous

S’appuyer sur des faits

La Ville a invité la spécialiste Line Beauchesne, qui sera présente via vidéoconférence, afin d’aider les citoyens à se faire une opinion en s’appuyant sur des faits. Professeure titulaire au département de criminologie de l’Université d’Ottawa et professeure associée au département de santé communautaire de l’Université de Sherbrooke, elle a publié de nombreux mémoires, articles et livres sur les politiques en matière de drogues.

«On croit que ça vient crédibiliser notre démarche. Mme Beauchesne pourra nous fournir les informations sur la réalité des impacts du cannabis, des effets de la fumée secondaire par exemple», fait valoir Sébastien D’Astous.

Peu de marge de manœuvre

Le maire d’Amos précise aussi que la Ville ne dispose pas d’une grande marge de manœuvre si elle entend adopter une réglementation spécifique.

«La loi provinciale vient encadrer beaucoup de choses au niveau de la consommation du cannabis. Par exemple, il sera interdit de fumer du cannabis dans les mêmes lieux que pour la cigarette. Il sera aussi interdit d’en consommer dans les lieux fréquentés par des mineurs, comme les parcs avec des jeux, les pistes cyclables ou près des plateaux sportifs. Il reste un peu de latitude au niveau des trottoirs, des rues et d’autres espaces publics», explique-t-il.

D’abord entendre les gens

Certaines villes de la région comme La Sarre, Rouyn-Noranda et Val-d’Or ont déjà adopté des règlements interdisant de fumer du cannabis dans tous les lieux publics, incluant justement les rues et les trottoirs.

S’il veut assurer une certaine cohésion, autant pour les consommateurs que pour les forces de l’ordre, le maire D’Astous ne se sent pas pour autant totalement lié à ces réglementations. «On veut d’abord écouter les gens avant de prendre une décision», assure-t-il.

La séance sera webdiffusée en direct sur la page Facebook de la Ville d’Amos. Toutefois, la période de questions sera réservée aux personnes présentes sur place.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média