Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

17 Octobre 2018

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Construire un pont entre Rouyn-Noranda et le Burkina Faso

Pour combattre la pénurie de main-d’œuvre, l’horizon n’est plus un obstacle

Recrutement_travailleurs_etrangers

©APDI

À la fin septembre, APDI a tenu un kiosque d’information et de recrutement lors d’un salon organisé dans le cadre de la Semaine d’activité minière de l’Afrique de l’Ouest. «Notre kiosque a connu le plus gros achalandage. C’est tout juste si nos agents ont eu le temps de luncher», mentionne Réjean Parent.

Alors que l’Abitibi-Témiscamingue fait face à une pénurie de main-d’œuvre sans précédent, quelques entreprises ont choisi de regarder bien au-delà de l’horizon pour aller recruter des travailleurs et – qui sait? – de nouveaux résidents.

L’Agence de placement et de développement internationale (APDI) en fait partie. Basée à Rouyn-Noranda, cette entreprise officiellement créée au printemps 2018, à la suite de démarches qui ont duré près d’un an, concentre ses efforts essentiellement sur le Burkina Faso. Pour le moment.

«Nous recrutons des diplômés burkinabés pour les amener en Abitibi-Témiscamingue afin de répondre aux besoins de nos clients, explique Réjean Parent, vice-président d’APDI. Lorsqu’ils arrivent ici, ils ont un visa de travail d’un an ou deux. Par la suite, ils ont quatre options: retourner au Burkina Faso, demander une extension d’un an de leur contrat, renouveler leur contrat pour deux ans ou entreprendre des démarches pour obtenir le statut de résident permanent au Canada.»

«Nous nous arrangeons aussi pour que le candidat puisse être accompagné de sa famille, précise Marc Blais, président de l’entreprise. De cette manière, ça facilite son intégration dans le milieu et ça permet aussi de combler d’autres postes ailleurs.»

Un choix naturel

Pour les deux hommes, le choix du Burkina Faso s’est imposé de lui-même. «Le pays est réputé pour la qualité de sa main-d’œuvre, sa population est jeune et éduquée et, surtout, elle est francophone. C’est aussi un pays très axé sur le développement minier. Il y avait donc des similitudes intéressantes avec l’Abitibi-Témiscamingue», fait valoir M. Blais.

Entente exclusive

Il y a quelques semaines, APDI a d’ailleurs signé une entente avec le Centre de formation professionnelle de référence de Ziniaré, un des plus grands centres de formation de l’Afrique de l’Ouest. Grâce à cet accord, les diplômés burkinabés peuvent soumettre leur candidature pour un poste dans leur domaine de formation en Abitibi-Témiscamingue.

«Dans un contexte où le Burkina Faso intéresse de plus en plus de pays, on a réalisé un coup de maître puisque cette entente nous garantit l’exclusivité des candidatures à l’étranger», souligne Marc Blais.

«On parle de diplômés en électromécanique, en électronique industrielle, en mécanique, en menuiserie, en conduite de machinerie lourde, en boulangerie-pâtisserie, bref, l’éventail est très varié, mentionne M. Parent. Et les gens sont vraiment intéressés à venir ici. Nous avons retenu plus de 1000 candidatures, et ce n’est pas fini. On en accueille déjà plusieurs en Abitibi-Témiscamingue et, à date, ça va super bien.»

Un œil sur le Ghana

APDI ne compte cependant pas restreindre ses activités uniquement au Burkina Faso. Ses dirigeants ont aussi un œil sur le Ghana. «Tout comme le Burkina Faso, c’est un pays où le secteur minier occupe une place importante dans l’économie. La grosse différence, c’est que les gens y parlent l’anglais. On veut donc développer un modèle similaire à celui qu’on propose pour l’Abitibi-Témiscamingue, mais qu’on offrirait à des clients de l’Ontario», indique M. Blais.

Voyez l’autre volet de ce dossier le 18 octobre.

Commentaires

19 octobre 2018

COMPAORE Gisèle

Bonjour. Je capitalise une dizaine d'années d'expérience en ressources humaines et chargé d'administration sur une grande mine au Burkina Faso. Comment pourrais-je postuler à un emploi. Merci.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média