Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

18 Octobre 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Des élèves de Natagan «s’aiment le bonheur»

Natagan bonheur groupe

©gracieuseté

Des participants au projet On s’aime du bonheur entourés de Jonathan Grignon et Dany St-Pierre.

ÉDUCATION. Avec On s’aime du bonheur, les élèves de 3e secondaire de l’école Natagan de Barraute se lancent à nouveau dans un projet entrepreneurial avec une préoccupation sociale: l’itinérance.

On s’aime du bonheur vise à développer la fibre entrepreneuriale chez les étudiants tout en les conscientisant à différents enjeux sociaux actuels présents dans la région. Il sera soumis au concours OSEntreprendre.

«C’est une structure avec laquelle on pourrait aborder une problématique sociale différente chaque année. Pour cette année, l’idée de l’itinérance m’est venue quand j’ai vu que La Piaule de Val-d’Or perdait 35 000 $ avec l’annulation d’un tournoi de golf-bénéfice. Je me suis demandé ce qu’on pourrait faire pour leur venir en aide, mais aussi à d’autres organismes qui œuvrent auprès des itinérants», raconte Jonathan Grignon, technicien en travail social à Natagan.

Comme pour les projets Hat Nation, On repart en nœud et La boîte à tibi, qu’il a aussi pilotés avec l’enseignante Dany St-Pierre, Jonathan Grignon a consulté les élèves lors d’un remue-méninges. «On met nos projets en place avec les élèves, parce que ça part toujours des jeunes et de leurs idées. Ils sont très motivés», précise-t-il, en ajoutant que toutes les matières scolaires sont mises à contribution.

La nuit des sans-abri

Ainsi est né On s’aime du bonheur. Le projet se déploiera à travers différents sous-projets, sous la responsabilité d’autant de sous-comités. Dans un premier lieu, les élèves organisent la Nuit des sans-abri à Barraute, le vendredi 19 octobre.

«Ce sera dans le stationnement de l’école. On va en profiter pour expliquer le projet. Il y aura aussi la projection d’un épisode de l’émission Face à la rue animée par Jean-Marie Lapointe. Il est question d’un concours d’abris de fortune. Les jeunes dormiront à l’extérieur, mais s’il pleut, bien que les itinérants n’ont pas ce luxe, on pourrait rentrer au chaud», souligne Jonathan Grignon.

Natagan bonheur logo

©gracieuseté

Le logo du projet On s’aime du bonheur a été réalisé par Caroline Trudel.

Un crayon pour un repas

Un autre projet consiste en la vente de crayons Sprout, développés par une start-up du Danemark. Entièrement biodégradables, ceux-ci peuvent être mis en terre afin de faire germer une graine. «Chaque crayon permettra d’offrir à un itinérant un repas et une nuit à La Piaule de Val-d’Or. On est aussi en discussion avec l’Accueil d’Amos. Les crayons sont achetés avec l’aide financière que nous accorde chaque année la SADC Barraute-Senneterre-Quévillon pour nos projets», explique le travailleur social.

On s’aime du bonheur produira aussi des cartes de souhaits qui seront offertes aux travailleurs du milieu de la santé qui doivent travailler dans le temps des Fêtes ainsi qu’à des résidents à Amos et Barraute. Les élèves passeront aussi du temps avec eux. Ils aideront aussi à la décoration de l’église de Barraute pour Noël.

À la rencontre d’itinérants

Le clou de cette première année du projet On s’aime du bonheur risque de se produire au printemps, alors qu’au lieu d’aller visiter des musées à Montréal, ils iront à l’Accueil Bonneau en mars ou en avril.

«Les élèves vont préparer des sacs avec notre logo, dans lesquels ils mettront du matériel destiné aux itinérants. On a reçu la confirmation de Fourrures Grenier qu’ils allaient nous remettre une paire de bottes pour chaque sac. Les élèves veulent aller à la rencontre des itinérants et leur remettre le sac en mains propres», explique Jonathan Grignon.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média