Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

27 Octobre 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

La MRC Abitibi prépare le terrain pour le compostage

La collecte des matières organiques débutera en 2019

Compostage bac brun MRC Abitibi

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Steven Maheux, coordonnateur en environnement à la MRC Abitibi, a présenté les grandes lignes de la collecte des matières organiques qui se mettra en branle en 2019.

ENVIRONNEMENT. La MRC Abitibi continue de préparer le terrain pour la collecte des matières organiques, qui débutera en 2019 dans les 11 municipalités qui participent au projet de la plateforme de compostage.

La MRC a présenté un kiosque et une conférence sur le sujet lors de la journée Réduction des déchets organisée par la Ville d’Amos, à Place Centre-Ville, le 18 octobre.

Les municipalités adhérentes sont Amos, Berry, Champneuf, La Morandière, La Motte, Launay, Preissac, St-Dominique-du-Rosaire, St-Mathieu-d’Harricana, Ste-Gertrude-Manneville, TNO Lac-Chicobi (Guyenne) et Trécesson. Elles auront chacune leur calendrier de collecte. La date précise du début de la collecte n’est toujours pas connue.

«Les résidents de ces municipalités auront un bac roulant brun. Ils pourront y mettre tout ce qui se mange, du papier et du carton ainsi que les résidus du jardin. Ces matières seront collectées, puis compostées à la plateforme», a expliqué Steven Maheux, coordonnateur en environnement à la MRC Abitibi.

S’ils sont proscrits du compostage domestique, les produits de la viande animale pourront être disposés dans le bac brun. En revanche, les sacs de plastique décomposables ne seront pas autorisés.

«Nous aurons des séances d’information quand nous nous approcherons du début de la collecte. Vous n’avez pas à vous inquiéter, vous pourrez y aller à votre rythme. On n’obligera pas les gens à récupérer les matières organiques à 100 %. On vous donnera aussi des trucs pour limiter les odeurs», a laissé entendre M. Maheux, en ajoutant que la situation ne devrait pas être pire qu’avec les bacs verts actuels.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média