Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

02 Novembre 2018

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Woman at War remporte le grand prix au Festival du cinéma

Finaliste FCIAT 2018

©Photo L’Éclat / Le Citoyen – Marc-André Gemme

Le directeur du Festival, Jacques Matte a accepté, au nom du réalisateur islandais Benedikt Erlingsson, le prix du meilleur long-métrage des mains d’une cinéphile et de la représentante d’Hydro-Québec.

Woman at War a séduit les foules, lors de la 37e édition du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, alors que le film a obtenu le prestigieux Prix du public.

Dans son long-métrage, le réalisateur islandais Benedikt Erlingsson raconte l’histoire d’une quinquagénaire qui mène une guerre secrète contre l’industrie locale de l’aluminium tout en assumant son nouveau rôle de mère adoptive. Qualifié de «très humain, magnifiquement ficelé et interprété avec brio», il a séduit les festivaliers, devançant les 14 autres longs-métrages qui étaient en lice pour le prix.

Sur le bulletin de vote, les gens pouvaient choisir de remettre eux-mêmes le prix au lauréat lors de la soirée de remise des prix. Cette année, l’honneur a été remporté par la Dre Myriam Torres Ballen. Le directeur du Festival, Jacques Matte, a accepté le trophée au nom du réalisateur.

Meilleur court et moyen métrage

Un trio de juges a dû passer des dizaines d’heures à regarder et analyser les 25 courts et moyens métrages qui ont été présentés lors du Festival du cinéma en Abitibi-Témiscamingue. «Le choix n’a pas été facile; les 25 œuvres que nous avons analysées étaient toutes de très, très grande qualité», a affirmé Myriam Charconnet, membre du jury.

Même s’il n’était pas dans les trois finalistes, le jury a voulu donner un coup de cœur spécial au film Fauve, du réalisateur montréalais Jérémy Comte. «Le scénario nous a habilement transportés dans un état de tension. Une très grande mise en valeur du décor avec des plans très travaillés et une très bonne direction artistique des deux jeunes comédiens nous ont complètement surpris», a souligné Mme Charconnet.

Le grand gagnant, le court-métrage Trois pages de Roger Gariépy, a particulièrement touché le public. «C’est grâce à un rythme soutenu qui servait le scénario du début à la fin, à une direction photo soignée qui était en phase avec les propos et l’émotion véhiculée, un montage habile qui nous gardait captifs et à la justesse de l’interprétation très touchante du comédien principal», a relaté Lise Paquet, autre membre du jury.

Animation

Trois films d’animation se sont illustrés lors du Festival. Le film Animal Behavior des réalisateurs David Fine et Alison Snowden a remporté le prix dans cette catégorie. En troisième position se retrouvait le très court métrage String of Sound de John Morena , tandis que l’animation d’Anton Dyakov, Vivat Musketeer est arrivée deuxième.

Espace court

Les deux premiers jours du Festival sont réservés aux courts-métrages. Pour la première fois de l’histoire de l’Espace court, c’est une réalisatrice, Mélanie Charbonneau, qui a remporté le prix, avec un film intitulé Lunar Orbit Rendezvous. «Si vous ne l’avez pas vu, j’espère qu’un jour, vous aurez la chance de voir ce beau film», a lancé la coordonnatrice régionale de l’événement, Josée Lacoste.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média