Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

27 novembre 2018

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

L’Abitibi-Témiscamingue trône au sommet de l’économie minière

Un emploi sur cinq est lié au mines

AMQ_Josee_Methot_PDG

©Patrick Rodrigue

«Cette étude démontre hors de tout doute que le Québec s’enrichit grâce aux activités des sociétés minières», a déclaré Josée Méthot, PDG de l’AMQ, par voie de communiqué.

Avec un emploi sur cinq lié aux mines et le quart du total des revenus de travail, l’Abitibi-Témiscamingue trône au sommet du palmarès québécois en ce qui a trait aux retombées économiques rattachées au secteur minier.

C’est ce que révèle une analyse d’une soixantaine de pages publié le 27 novembre par l’Association minière du Québec (AMQ). Faisant suite à une première étude réalisée en 2016 à partir de données de 2014, cette nouvelle mouture utilise les données colligées en 2016 par l’AMQ auprès de 25 de ses principaux membres, soit les plus récentes actuellement disponibles. Le taux de réponse s’est élevé à 95 %.

Des chiffres qui en disent long

Au cours de cette période, l’Abitibi-Témiscamingue a, à elle seule, accaparé plus du tiers (37,6 %) des dépenses totales des sociétés minières, soit 3,2 milliards $ sur un total de 8,5 milliards $. En matière de salaires, l’Abitibi-Témiscamingue occupe encore le haut du podium, avec un salaire brut global totalisant 437,2 millions $, soit 36,7 % du 1,19 milliard $ versé à travers les régions du Québec en 2016.

Au chapitre des emplois directs, la région a fait travailler 4411 personnes. Il s’agit non seulement du nombre le plus élevé parmi les régions du Québec, mais l’Abitibi-Témiscamingue se distingue également par le plus grand nombre d’emplois miniers directs occupés par des femmes, soit 467 postes.

En ajoutant les emplois indirects et induits, on arrive à un total de 14 986 années-personnes dont le gagne-pain dépend, en tout ou en partie, de l’industrie minière. Cela correspond à un emploi sur cinq (20,5 %) dans la région.

Par ailleurs, près d’un fournisseur québécois de services miniers sur trois (31,5 %), que ce soit pour des travaux d’exploration ou d’exploitation ou encore en matière d’investissements, tient sa place d’affaires principale en Abitibi-Témiscamingue. Cela représente 1242 des 3944 emplois en la matière.

Près de 1 milliard $ en retombées fiscales

Dans son rapport, l’AMQ a également calculé les retombées fiscales générées par ses membres. Les données n’ont toutefois pas été ventilées par région.

Ainsi, en 2016, les dépenses réalisées par les sociétés minières se sont traduites par 526,4 millions $ en impôts (fédéral et provincial combinés) sur le revenu des particuliers, 106,4 millions $ en droits miniers, 311,8 millions $ en taxes diverses et 443,7 millions $ en parafiscalité (prélèvement obligatoires, assurances, etc.). À cela il faut ajouter l’impôt sur le revenu des sociétés, une donnée qui n’a pas été exposée dans le rapport de l’AMQ.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média