Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

29 novembre 2018

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

L’avenir est dans le Nord pour Agnico Eagle

La société minière pourrait avoir découvert une nouvelle «faille de Cadillac» au Nunavut

Agnico_Eagle_Meliadine

©Agnico Eagle

Agnico Eagle mise beaucoup sur le développement de la mine Meliadine, où pas moins de sept gisements ont été identifiés sur une propriété qui s’étend sur environ 80 km.

Il y a près d’une dizaine d’années, Agnico Eagle a tenu le pari d’opérer une mine d’or dans un milieu totalement isolé du reste du monde. Aujourd’hui, non seulement deux gisements s’apprêtent à prendre le relais de la première mine, mais la société minière pourrait avoir découvert une nouvelle faille de Cadillac.

Située dans la région de Kivalliq au Nunavut, à 300 km à l’ouest de la baie d’Hudson, la mine Meadowbank a débuté ses opérations en 2010. Cinq ans plus tard, ses 670 travailleurs, dont plusieurs proviennent de l’Abitibi-Témiscamingue, produisaient sa deux millionième once d’or. En 2019, Meadowbank vivra sa dernière année d’existence en tant que mine, mais le nom demeurera encore longtemps en vigueur grâce au gisement satellite Amaruq.

«À partir de 2020, le gisement Whale Tail d’Amaruq alimentera le concentrateur de Meadowbank. Avec 2,37 millions d’onces d’or en réserves, plus 1,02 million d’onces d’or en ressources mesurées et indiquées ainsi que 1,74 million d’onces d’or en ressources présumées, nous avons encore de nombreuses années d’exploitation devant nous dans le secteur», a indiqué Christian Provencher, vice-président Canada chez Agnico Eagle.

15 ans de vie pour Meliadine… à date

À cela s’ajoute le projet Meliadine, localisé à 290 km au sud-est de Meadowbank, près de la côte ouest de la baie d’Hudson. Les infrastructures de la mine sont présentement en construction, avec comme objectif d’en amorcer l’exploitation avant la fin de l’automne 2019.

À l’heure actuelle, Meliadine renferme 3,7 millions d’onces d’or en réserves dans deux gisements principaux. «Nous en avons cependant découvert plusieurs autres, mais pour l’instant, nous nous concentrons sur Tiriganiaq et Wesmeg. Leur exploitation devrait durer près de 15 ans», a fait savoir M. Provencher.

«Meliadine est un copié-collé de ce qu’on retrouve entre Rouyn-Noranda et Val-d’Or. Et tout cela est situé dans une propriété qui nous appartient à 100 %» – Christian Provencher

Le colosse de l’Arctique

Meliadine affiche cependant un potentiel d’expansion colossal, alors que des ressources minérales ont été identifiées les deux gisements principaux ainsi que dans cinq gisements supplémentaires sur une propriété qui s’étire sur 80 km de longueur.

«On parle de 3,07 millions d’onces d’or mesurées et indiquées ainsi que de 2,67 millions d’onces d’or présumées, a précisé Christian Provencher. Et ça, c’est ce qu’on connaît. En fait, nous avons découvert une structure minéralisée qui présente énormément de similitudes avec la faille de Cadillac, en Abitibi-Témiscamingue. On pourrait même dire que c’est un copié-collé de ce qu’on retrouve entre Rouyn-Noranda et Val-d’Or. Et tout cela est situé dans une propriété qui nous appartient à 100 %.»

Pour l’instant, Agnico Eagle consacre surtout ses efforts dans le démarrage de l’exploitation des gisements Tiriganiaq et Wesmeg, mais plusieurs campagnes d’exploration futures figurent au programme consacré à Meliadine. «Ces projets impliquent beaucoup d’entreprises de l’Abitibi-Témiscamingue, alors le développement du Nord est très intéressant pour elles», a signalé M. Provencher.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média