Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

05 Novembre 2018

Marie-Eve Bouchard - mebouchard@lexismedia.ca

Expédier une cuisine complète par bateau

Sogitex Bateau

©Gracieuseté

L’entrepôt en période estivale.

Outre les denrées et les équipements miniers, les transports pour le Nord par les voies maritimes incluent d’autres types de marchandises comme les instruments de cuisine et même la cuisine complète! Une expertise qu’a développé avec le temps Équipement Rivard et sa compagnie sœur, Distribution Sogitex.

On parle d’expertise, mais surtout d’une méthode de travail afin d’être le plus efficace possible et, surtout, en évitant en autant que possible les oublis.

«Ça demande de planifier le tout. On commence à recevoir les bons de commande en janvier et, tout dépendant, où se trouve le port d’expédition et la minière à laquelle sont destinés les produits, on prépare les commandes pendant l’été pour que ça puisse partir vers la fin août», explique Mélanie Roy, directrice générale chez Équipement Rivard.

En pleines vacances estivales, les employés sont donc sollicités afin de s’assurer que les produits seront prêts, bien identifiés, bien empaquetés vers les différents bateaux. L’entrepôt, situé dans le parc industriel à Val-d’Or, est rempli jusqu’au plafond de boîtes. «On a aussi un camion de 53 pieds au besoin», ajoute Mme Roy.

Jouer avec l’espace

Outre les minières, les deux compagnies ont aussi développé le marché commercial et administratif pour les communautés nordiques qui, elles aussi, utilisent le transport maritime pour s’approvisionner.

«Dans ces cas-là, on a aussi un rôle de formation auprès des clients. On les accompagne avec un service clé en main. On leur explique comment bien remplir leurs bons de commande, comment utiliser les produits… C’est vraiment une autre facette, alors que les minières sont très organisées et habituées», mentionne Mélanie Roy.

Chaque envoi est mesuré précisément afin d’occuper un espace dans un conteneur. La gestion de ces envois demande donc une précision hors pair afin d’éviter que le colis n’atteigne pas sa destination. Et le droit à l’erreur peut représenter de l’argent et, surtout, beaucoup de temps perdu, alors que les bateaux doivent traverser à des moments précis dans l’année. La possibilité d’envoyer le tout par avion est là, mais beaucoup plus coûteuse et parfois complexe.

Au-delà de la vente

Produits nettoyants, balais, vadrouilles, ruban électrique et même des bas font partie des commandes acheminées. Lors du dernier bateau, c’est même une cuisine complète, four, frigo et chaudrons compris, qui a pris la direction du Nord par bateau. Un grand défi pour Mélanie et son équipe.

«Ce sont des modules qui seront assemblés à leur arrivée au projet Meliadine d’Agnico Eagle, sur la rive ouest de la baie d’Hudson, mais tout est prêt à l’intérieur. Chaque module a été enveloppé à partir du port de Bécancour et sera déballé à son arrivée, puis assemblé. On était plusieurs à travailler sur le projet et je me suis rendue sur place afin de m’assurer que tous les équipements étaient bien montés avant leur départ», raconte la directrice.

Avec le temps, l’expertise qu’ont acquise les deux entreprises est telle que le transport par bateau représente près de la moitié de leur chiffre d’affaires. «Mais on prend le temps d’y aller et d’accompagner les clients par après. On donne des formations, par exemple aux concierges. J’ai aussi des techniciens qui vont sur place à la Baie-James pour réparer les équipements et les évaluer», souligne Mélanie Roy.

Sogitex Bateau

©Gracieuseté

Un technicien qui travaille dans le Nord.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média