Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

05 Novembre 2018

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Un succès sans détour pour le Festival de musique trad

É.T.É

©Sophie Rouillard

Élisabeth Moquin, Thierry Clouette et Élisabeth Giroux du groupe É.T.É ont livré une performance endiablée qui a rapidement fait danser les jeunes comme les moins jeunes festivaliers.

La première édition du nouveau Festival de musique traditionnelle (trad) de Val-d’Or, qui s’est tenue les 1er, 2 et 3 novembre derniers, aura connu un succès sans pareil. Si bien, qu’une deuxième édition est déjà assurée pour 2019! 

Tel que promis par la présidente du Festival, Karine Roberge, les sceptiques ont été confondus.  

Les festivaliers de partout dans la région étaient au rendez-vous, et ce, dès la première soirée, le 1er novembre. 

«Nous avons connu une très belle ouverture, souligne Mme Roberge, en matinée le 3 novembre, peu avant le début des dernières activités du Festival. Dès le premier soir, pour les spectacles de Tousk et des Fous de Vassan, la salle était en feu! Ça nous a tout de suite montré l’ambiance qui allait régner tout au long du Festival. En plus, il y avait autant des gens de Val-d’Or que de La Sarre ou Rouyn-Noranda.» 

Le lendemain, le 2 novembre, la journée a débuté avec des spectacles à la rôtisserie Saint-Hubert, la Microbrasserie le Prospecteur et le Balthazar café. «Les gens ont définitivement été au rendez-vous, assure Karine Roberge. Nous avons eu tout un show au Prospecteur. Je crois que même ceux et celles qui pensaient ne pas aimer le traditionnel ont été agréablement surpris et se sont joints à la parade.» 

En soirée, les groupes Lépine/Branchaud, É.T.É et Réveillons ont rapidement amené la foule (qui comportait autant des enfants que des adultes) à danser et à taper du pied. «Nous sommes tellement fiers de voir la population se joindre à ce monde coloré avec autant enthousiasme», indique la présidente du Festival.

É.T.É

©Sophie Rouillard

La salle de la cafétéria de la polyvalente Le Carrefour, où se tenaient les spectacles, était fort animée.

Entrer dans la danse 

Pour conclure les festivités, le 3 novembre, des ateliers se tenaient de 8h45 à 15h30. «Ça a vraiment bien marché, fait valoir Karine Roberge. Les places pour les cours de violon et guitare avancée ont rapidement trouvé preneurs, tout comme les ateliers de gigue et de chant. On trouve ça vraiment super que les gens embarquent autant, car on voulait justement entraîner le public à vouloir se joindre au party, autrement qu’en restant assis.» 

La soirée s’est ensuite enclenchée avec la veillée de danse de Racine Carré avec les calls du porte-parole de cette première édition, Jean-François Berthiaume.  

Le tout s’est ensuite terminé avec la soirée d’improvisation musicale. 

«Les gens ont eu l’occasion de découvrir toutes les saveurs de la musique traditionnelle, estime Karine Roberge. On va écouter les commentaires et prendre le temps de s’asseoir pour voir ce qui pourrait être amélioré l’an prochain. Ce qui est certain, c’est que nous serons de retour l’an prochain et que nous avons déjà des musiciens qui nous ont approchés pour faire partie de la deuxième édition.»

Lépine//Branchaud

©Sophie Rouillard

Le duo coloré de Stéphanie Lépine et Jean-François Branchaud a conquis plus d’un festivalier le vendredi 2 novembre.

Commentaires

6 novembre 2018

Michel Riopel

Tellement content pour vous. Une première édition ça demande tellement d'énergie, de confiance et aussi de doute. Bravo! Nous n'aurons jamais assez de festival trad de qualité au Québec. Félicitation au comité organisateur et aux festivaliers qui ont embarqués dans cette belle aventure.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média