Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

19 décembre 2018

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Quinze élèves tricotent pour les sans-abri

Foulards

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Les étudiantes étaient ravies de pouvoir présenter le fruit de leur travail lors du jour de la mise en vente de leur foulard au Service d’entraide familiale de Val-d’Or.

L’hiver sera moins dur pour les occupants de La Piaule de Val-d’Or, grâce à l’initiative de 15 élèves de la 3e à la 6e année de l’école intégrée de l’Or-et-des-Champs, secteur Notre-Dame-de-l’Assomption, qui ont confectionné des foulards dont les profits iront directement à l’organisme.

Il s’agit d’une idée de la technicienne du service de garde de l’école primaire, Mélanie Dallaire. 

«Je voulais faire un projet communautaire avec les jeunes et j’avais tout le nécessaire chez moi pour faire du tricot, alors j’ai proposé que l’on fabrique nous-même des foulards pour aider une cause», raconte Mme Dallaire. 

Au début, les écharpes de tricot devaient être remises directement aux personnes qui séjournent à La Piaule. Toutefois, l’un des parents des jeunes impliquées voyait les choses plus grandes. 

«Les donner, c’est bien, mais je trouvais qu’il y avait possibilité de faire plus. J’ai proposé que les foulards soient vendus au comptoir du Service d’entraide familial pour que les sous amassés puissent être utilisés de la manière dont La Piaule le désire», explique Marco Veilleux, président du conseil d’administration du Service d’entraide familial. 

Pour faire grossir le don qui sera remis à l’organisme, le Service d’entraide familial s’est engagé à doubler la mise en versant un 5 $ supplémentaire par foulard vendu à La Piaule. 

Donner au suivant 

Pour ces jeunes étudiantes, ce projet leur aura permis de se découvrir un talent en tricot, mais aussi d’ouvrir les yeux sur les réalités des vies des sans-abri. 

«Venir en aide aux plus démunis, c’est important et j’aime ça aider les autres», souligne Léanne Dussault, l’une des participantes. 

«J’ai voulu essayer quelque chose de différent et pouvoir aider en même temps», précise pour sa part Jessica Leblond. 

Pour ces étudiantes, tricoter ces foulards n’était pas une tâche, mais plutôt un beau défi. 

«C’est la première fois qu’on tricotait et ce n’était pas difficile, assure Jessica. Ça nous a pris environ deux semaines. On ne s’est jamais tannées, c’était trop le fun!» 

Les jeunes tricoteuses ont déjà d’autres idées en tête. Elles aimeraient notamment confectionner des petites couvertures pour les bébés de l’hôpital de Val-d’Or.

Commentaires

20 dcembre 2018

Racine Hélène

Très fière de leur implication personnelle et sociale et d’avoOr mener à terme leur projet.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média