Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

02 décembre 2018

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Une autoroute souterraine pour le projet Lamaque

Eldorado Gold évalue une option à la fois économique et sociale

Eldorado_Gold_travaux_souterrains_Lamaque

©Eldorado Gold

À moyen terme, Eldorado Gold pourrait envisager le développement d’une rampe souterraine entre le gisement Triangle et l’usine Sigma.

Le transport du minerai du projet Lamaque vers l’usine de traitement Sigma pourrait éventuellement s’effectuer entièrement sous terre. Eldorado Gold évalue cette possibilité pour des raisons économiques, mais aussi de bon voisinage.

À moyen terme, une rampe souterraine pourrait être aménagée à environ 400 mètres sous la surface pour relier la zone Triangle à l’usine Sigma. Le trajet passerait aussi par les zones Cheminée #4 et Parallèle. Le minerai serait acheminé soit par camions, soit par un système de convoyeurs.

«Cela nous éviterait de faire passer des dizaines de camions chaque jour sur plus de 10 km de routes. Il y a un avantage économique évident à privilégier l’option souterraine, mais aussi un avantage social puisque cela ne dérangerait pas les gens qui habitent les alentours de notre projet», a fait valoir Jacques Simoneau, directeur de l’exploration pour l’Est du Canada chez Eldorado Gold, lors d’un entretien accordé dans le cadre du congrès Xplor 2018 de l’Association de l’exploration minière du Québec.

Un puits souterrain pourrait être envisagé

À plus long terme, la société pourrait aussi envisager le développement de zones d’exploitation sous la barre des 1300 mètres au gisement Triangle. Elle devra alors considérer plusieurs impératifs techniques. À ce moment-là, l’option de la rampe souterraine – si elle se concrétise – pourrait être un facteur déterminant.

«Actuellement, le gisement Triangle doit être exploité par une rampe à partir de la surface. Si nous descendons à plus de 1300 mètres de profondeur, il faudrait alors utiliser un puits, étant donné que le transport par rampe demanderait alors trop de temps. Or, le creusage d’un puits est très coûteux. Si nous pouvions débuter l’aménagement à 400 mètres sous terre, ce serait déjà ça de moins à excaver», a mentionné M. Simoneau.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média