Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

20 décembre 2018

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

La Sarre dresse son bilan pour 2018

La Ville a également présenté ses priorités pour 2019

Centre tri La Sarre valorisation

©Photo MRC d’Abitibi-Ouest

La Ville envisage de recourir davantage au principe de l’utilisateur-payeur, notamment pour la gestion des matières résiduelles. Certaines personnes abuseraient de leur droit d’accès au centre de tri.

Alors qu’elle déposait son budget pour 2019, la Ville de La Sarre a profité de la séance du 18 décembre pour dresser son bilan pour 2018 et présenter ses priorités pour la prochaine année.

«En 2016 nous avons entrepris une démarche citoyenne visant à consulter la population, a rappelé le maire de La Sarre, Yves Dubé. Cette année nous avons fait le bilan de cette enquête avec les citoyens et on va continuer à travailler là-dessus.» 

À partir de cette consultation, la Ville devrait être en mesure d’implanter un plan d’action pour continuer d’améliorer les relations entre les Lasarrois et l’administration municipale. 

Maisons unimodulaires 

Alors que la nouvelle règlementation sur les milieux humides a jeté une douche froide sur la Ville concernant son projet de petites maison, son développement de maisons unimodulaires sur la nouvelle rue Aubé, lui, bat son plein. À ce jour, il ne manque que l’asphaltage de la rue pour que le projet soit terminé et disponible pour la construction de résidences. Déjà, deux des 22 terrains du développement ont été vendus. 

Événements majeurs 

La Ville a profité des initiatives de promoteurs locaux pour maximiser les événements majeurs qui ont lieu à La Sarre. «En s’associant avec le Ice Challenge, par exemple, on a jumelé l’événement annuel La Sarre en neige, ce qui permet d’avoir un facteur wow encore plus impressionnant pour les visiteurs, a fait valoir Yves Dubé. Même chose avec le Festival équestre et rodéo. On l’a couplé avec La Sarre en fête pour en faire un événement encore plus gros l’été.» 

Les coupes se poursuivent en culture 

En 2016, la Ville de La Sarre intégrait la Commission des loisirs et culture à son équipe. Cette manœuvre aura permis à la Ville d’économiser 8 % dans ses dépenses liées à la culture, et ce, malgré les coupes importantes qu’elle a subies au cours des deux dernières années. 

En 2017, la Ville a perdu 25 000 $ en subventions directes pour la culture. Pour 2018, un autre 10 000 $ a été retranché de son budget par le ministère de la Culture. 

La tenue d’une deuxième triennale en métiers d’art a été un grand succès, tout comme le Salon création, qui a attiré plus de 2500 visiteurs. 

Nouvel hôtel de ville 

Rendu désuet, l’hôtel de ville de La Sarre recevra une cure de jeunesse en 2019 afin d’améliorer l’efficience des employés et l’accès aux services pour les citoyens. La patinoire de la 12e Avenue a également eu droit à une cure de jeunesse. 

Plan de mesures d’urgence 

«Avec les soubresauts de Dame Nature, on se devait de mettre à jour notre plan d’urgence, a indiqué Yves Dubé. Ça signifiait de prendre des ententes avec différents organismes et établissements.» 

La Ville a, entre autres, signé une entente avec la Croix-Rouge afin d’intervenir rapidement auprès des sinistrés en cas d’urgence. «C’est essentiellement comme une police d’assurance, a expliqué la directrice générale de la Ville, Isabelle D’Amours. Avant, l’organisme intervenait quand même, mais priorisait les villes ayant des ententes. Donc, si jamais un sinistre touchait plusieurs villes, on serait parmi les priorités.» 

Utilisateur-payeur et compteurs d’eau 

La Ville a présenté plusieurs objectifs pour 2019 aux citoyens lors du dépôt du budget annuel. 

Depuis plus d’un an, la Ville a mis en place un système d’utilisateur-payeur pour bien des services. Pour 2019, la Ville compte continuer sur cette lancée et revoir d’autres services qui pourraient bien être payés directement par les individus plutôt que par l’ensemble des citoyens. 

«On se questionne, entre autres, sur la gestion des matières résiduelles, a mentionné Isabelle D’Amours. Certaines personnes abusent de leur droit d’accès au centre de tri et ça cause des surcharges à la Ville. On évalue notamment un moyen pour faire payer les utilisateurs qui dépassent un certain tonnage par année.» 

La Ville espère également mettre en place un programme d’installation de compteurs d’eau, comme celui qui est en vigueur depuis près d’un siècle à Rouyn-Noranda. Au départ seulement les industries, commerces et institutions seront visés, mais éventuellement, les citoyens n’y échapperont pas.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média