Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

05 décembre 2018

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Deux anciennes du Filon avec les Étoiles Midget AAA

Juliann Boire Mya Dion - Filon

©gracieuseté

Juliann Boire et Mya Dion font partie d’un groupe de quatre Abitibiennes avec les Étoiles Laurentides-Lanaudière Midget AAA.

HOCKEY FÉMININ - Après un passage avec le Filon M-15 de la CSOB, l’Amossoise Juliann Boire et la Valdorienne Mya Dion font maintenant leur marque sur la Rive-Nord de Montréal alors qu’elles ont réussi à se tailler un poste avec les Étoiles Laurentides-Lanaudière au niveau Midget AAA. 

En plus de Dion et de Boire, l’Abitibi-Témiscamingue peut se vanter d’avoir deux autres représentantes chez les Étoiles, soit les sœurs jumelles Catherine et Gabrielle Mantha de Rouyn-Noranda. 

Même si elles dont dû quitter la région pour pouvoir continuer de compétitionner dans leur sport favori, le responsable du hockey féminin chez Hockey Abitibi-Témiscamingue, Joël Pouliot, se réjouit de voir la région fournir des joueuses de qualité. 

«C’est sûr que c’est très intéressant de voir cela. Nous souhaitons développer nos joueurs et joueuses et les voir jouer à leur plein potentiel», a commenté Joël Pouliot. 

Vers une structure régionale 

L’organisation avait parlé lors de la dernière année de créer une structure régionale pour les niveaux pee-wee, bantam et midget pour permettre une rétention du talent local et de pouvoir compétitionner au niveau provincial. 

Ce qui devait être implanté cette année, le projet est toujours dans les pensées de HockeyAT, mais certains changements ont compliqué l’aboutissement de cette idée. 

«On s’est fait prendre par surprise parce qu’ils ont réduit le nombre d’équipes. Donc, on est passé de 12 de niveau AA à huit de niveau AAA», a expliqué M. Pouliot. 

Toutefois, ce dernier admet qu’un pas en avant a été fait au niveau de la région puisque cinq équipes féminines seront formées pour la Coupe Dodge 2019, comparativement à trois en 2018. 

S’associer à l’école 

Avec l’étendue du territoire de l’Abitibi-Témiscamingue, HockeyAT doit jongler avec une logistique plus compliquée, notamment avec les pratiques et le transport.  

Cependant, l’association pourrait demander à une école de créer une option sport-études qui permettrait aux filles d’être à un même endroit et d’améliorer leur jeu sur la glace.  

L’idée serait différente de celle de la LHPS puisqu’on ne souhaite pas créer une équipe qui serait associée avec une quelconque institution scolaire. 

Aucune demande n’a été faite ce printemps puisque le délai était trop serré avec les écoles. 

«C’est la prochaine étape. On voudrait approcher une école comme celle de Malartic pour développer des hockeyeuses de 13 jusqu’à 16 ans. On y rêve et s’il y a possibilité, on ferait une demande vers le mois de décembre ou de janvier.», a déclaré Joël Pouliot. 

Malgré tout, celui-ci a reçu quelques bons commentaires sur le sujet. 

«Nous n’avons pas eu de feedback officiel, mais quand j’en ai parlé à Éric Vallière (directeur du Tremplin), il trouvait le tout intéressant et était ouvert à l’idée. Au moins, il y a ça de positif», a affirmé le directeur du hockey féminin.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média