Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

06 décembre 2018

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

La maladie comme source d’inspiration

Un premier livre jeunesse pour Louise Lavictoire

AB-LouiseLavictoire

©gracieuseté

Le premier conte de Louise Lavictoire met en scène Baptiste qui, alors fiévreux, décide de discuter avec le virus qui habite sa gorge.

Être malade pendant une journée a permis à Louise Lavictoire de trouver l’histoire parfaite à raconter au jeune public. Un monstre dans la gorge relate les péripéties de Baptiste, qui doit rester alité pendant une journée.

L’histoire de Baptiste est universelle. Qui n’a pas été forcé de rester au lit en raison de la fièvre? Alors que la prémisse du conte peut sembler banale, un monde fantastique et insoupçonné se dévoile.

«Puisqu’il est malade, Baptiste croit qu’il a un monstre dans sa gorge, a résumé Louise Lavictoire. Sa mère constate que ce n’est pas un monstre, mais bel et bien un virus. Baptiste découvre qu’il s’agit d’un stradivirus, un virus en forme de violon. Il entreprend donc une conversation avec son stradivirus afin de comprendre ce qui le motive à rester dans sa gorge.»

Le virus aimerait bien aller à l’école, mais Baptiste lui apprend que c’est impossible parce que les virus y sont interdits. Au fil de la conversation, Baptiste va réussir à convaincre le virus qu’il y a un endroit beaucoup plus intéressant pour lui. Le virus finira par quitter la gorge du petit, au grand bonheur de ce dernier.

Inspirée d’une théorie farfelue

L’idée de la discussion entre le petit garçon et son virus est apparue à Louise Lavictoire alors qu’elle était elle-même souffrante.

«Cette journée-là, je suis allée chercher sur Internet s’il y avait des trucs de grand-mère pour se soigner, a-t-elle relaté. Je suis tombée sur une vidéo d’un sophrologue qui disait que si nous étions malades, c’est parce que les virus voulaient nous égaler. Il suffisait, selon lui, de parler avec le virus et de lui dire qu’il ne serait jamais à notre hauteur. C’est cette théorie un peu farfelue qui m’a inspirée.»

Premier livre jeunesse

Lancé le 1er décembre aux Éditions En Marge, Un monstre dans la gorge est le premier conte écrit et publié par Mme Lavictoire. C’est également le premier livre pour enfants qu’illustre Maude Mayrand-Légaré.

Bien qu’elle ait beaucoup écrit de théâtre jeunesse, Louise Lavictoire a tenté sa chance avec ce conte, lequel a d’abord pris forme dans les ateliers qu’elle fait avec les jeunes. En fait, elle ne croyait pas que son histoire allait devenir un livre.

«Je l’avais testée dans un camp de jour à Ville-Marie, a expliqué l’auteure. C’est surtout la réaction des jeunes à la lecture de mon conte qui m’a motivée à le faire publier. Les enfants s’identifient beaucoup au personnage de Baptiste qui tombe malade. Tous les enfants sont malades à un moment donné. Et le virus est plutôt sympathique, il ne fait pas peur du tout.»

Suite possible

Bien que le premier conte vienne tout juste de paraitre, Louise Lavictoire a déjà quelques idées pour un deuxième. «Je vais d’abord le laisser vivre. Peut-être qu’il y aura une suite sur le destin du virus. Ça trotte dans mon imagination pour l’instant. Je serais tentée de refaire l’expérience», a-t-elle indiqué.

Dans les écoles

À la base, le conte a été écrit pour animer des ateliers dans les écoles dans le cadre du programme La Culture à l’école. Louise Lavictoire a ainsi mis sur pied un atelier pour inciter les jeunes à écrire leur propre conte.

«Le conte de Baptiste sert d’amorce, a-t-elle précisé. Je projette les images et je joue les personnages. ll s’agit plus d’une activité de lecture vivante ou lecture animée pour les enfants.»

Il est toujours possible de réserver un atelier avec Mme Lavictoire. Ses coordonnées se retrouvent dans le répertoire des artistes participant au programme La Culture à l’école.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média