Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

12 Mars 2018

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Catherine Fournier veut mobiliser les jeunes du Québec

©Photo L'Écho abitibien/Le Citoyen – Sophie Rouillard

POLITIQUE. La députée péquiste de Marie-Victorin, Catherine Fournier, est de passage dans la région aujourd'hui afin de lancer un appel à la mobilisation des jeunes en politique, mais également dans la société qui les entoure.

Dans le cadre de la promotion de son nouveau livre L'audace d'agir, Catherine Fournier s'est arrêtée au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, aux campus de Val-d'Or et ensuite de Rouyn-Noranda.

Dans son ouvrage, la plus jeune députée de l'Assemblée nationale dresse un portrait de sa génération où elle souligne les défis, mais également les préjugés qui sont, selon elle, injustement rattachés aux Milléniaux (soit les personnes nées de 1985 à 2004).

«J'ai toujours entendu dire que ma génération, c'est celle des enfants rois, souligne la députée. Ce n'est pas vrai! On dit même de nous que nous sommes des paresseux. Les jeunes ont toujours été dénigrés par les générations précédentes, ce n'est pas nouveau.»

Engagement

Catherine Fournier soutient que les jeunes ont le pouvoir de faire changer les choses.

«Il y a encore du chemin à faire si on veut exercer notre pleine influence dans la société, estime la députée péquiste. C'est notre responsabilité pour faire bouger les choses.»

Parmi les dossiers qui touchent les Milléniaux, selon Catherine Fournier, l'environnement et les inégalités sociales font partie des préoccupations principales de cette génération. «C'est important encore de promouvoir l'égalité entre les femmes et les hommes, par exemple, assure Mme Fournier. C'est encore d'actualité et les hommes de la génération des Milléniaux se proclament de plus en plus comme étant féministes, ce qui est très intéressant pour la cause féminine.»

La députée a profité de son passage pour encourager les jeunes à s'intéresser à la politique et même à participer à des activités de partis politiques. Toutefois, la politicienne de 25 ans croit que sa génération manque de ressources pour avoir de l'information.

«Il faut leur tendre la main, croit Catherine Fournier. Depuis mon passage dans des écoles, je reçois beaucoup de messages de jeunes qui voudraient s'impliquer, mais qui ne savent pas comment faire.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média