Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

08 Mars 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Un accident qui aurait pu être évité?

Un citoyen dénonce la hauteur des bancs de neige laissés par le MTQ

©gracieuseté

TRANSPORT. Une collision survenue le 19 février à la sortie est d'Amos, sur la route 111, aurait pu être évitée selon Jean-Pier Frigon. Il affirme que la hauteur excessive des bancs de neige représente un risque accru pour les automobilistes.

L'homme d'affaires amossois croit que le ministère des Transports (MTQ) néglige de retirer les bancs de neige dans la zone commerciale, comme il l'a pourtant déjà fait par le passé, ce qui nuit à la visibilité des gens qui doivent s'engager sur la route en sortant des stationnements.

«Dans ce cas-ci, la personne sortait de chez Traction et elle n'a sans doute pas vu le véhicule qui s'en venait sur la route 111, parce que le banc de neige est plus haut que les voitures. Il doit faire au moins 6 pieds. Heureusement, la personne n'a pas été gravement blessée, mais c'est un accident qu'on aurait pu éviter», assure-t-il.

Jean-Pier Frigon, qui opère le Complexe hôtelier Amosphère, affirme que pendant cinq ou six hivers, il appelait à la direction locale du MTQ pour que l'on vienne retirer les bancs de neige dans la portion commerciale de la route 111 Est. Un chargeur passait dans les jours suivants. Il déplore que la nouvelle direction ne le fasse plus.

Banc de neige abaissé

Dans la foulée de l'accident du 19 février, il a entrepris d'écrire au Ministère pour l'informer de la situation, évoquant un incident survenu il y a quelques années à la hauteur du chemin Croteau, et pour lequel le MTQ avait affirmé qu'il n'avait pas été informé d'un bout de chemin mal entretenu. «Je vous envoie donc ce mot pour justement être un citoyen responsable», écrit-il.

©L'Écho abitibien/Le Citoyen - Martin Guindon

La manœuvre du chasse-neige du MTQ réduit la hauteur du banc de neige en bordure de la route à environ un mètre, mais seulement sur la longueur de l'aile aérienne latérale, ce que déplore Jean-Pier Frigon.

Au MTQ, on précise qu'en vertu du Cahier des charges et devis généraux qui définit ses droits, obligations et responsabilités en matière de déneigement, il doit déneiger la chaussée jusqu'aux trottoirs ou bordures en milieu urbain.

«Quant au banc de neige en bordure de la route, on va l'abaisser à une hauteur d'environ un mètre quand il devient trop haut, surtout en fin d'hiver. Le citoyen voudrait qu'on en fasse plus. Mais nous, où l'on en fait plus, c'est aux intersections, où l'on dégage jusqu'à la fin de l'emprise routière. Les entrées commerciales et privées sont sous la responsabilité des propriétaires riverains. Sinon, on aurait des milliers d'entrées à dégager sur notre réseau, ce qui est impensable», affirme le porte-parole Luc Adam.

Réponses insatisfaisantes

Une réponse qui ne satisfait pas du tout Jean-Pier Frigon. D'abord, il soutient que le MTQ n'abaisse pas vraiment le banc de neige, il ne fait que pousser la neige en utilisant l'aile aérienne latérale du chasse-neige. Quant à la responsabilité des propriétaires riverains, il reconnaît que c'est à eux de dégager la neige laissée par le MTQ devant leur entrée, mais il estime que le banc de neige situé sur l'emprise demeure la responsabilité du Ministère.

D'ailleurs, il s'appuie sur la position qu'aurait énoncée il y a quelques années par le MTQ à l'endroit de certains concessionnaires automobiles, à qui il voulait interdire d'enlever le banc de neige qui cachait leurs véhicules en démonstration parce qu'il était situé dans son emprise.

Jean-Pier Frigon invite le MTQ à se placer en mode solution pour régler le problème de sécurité qu'occasionne la hauteur des bancs de neige sur la portion de la route 111 comprise entre le carrefour giratoire et le cimetière.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média