Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

14 Mai 2018

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

D’autres accusations pour Trudel et Gaudreault-Morin

©Photo – Archives

Même si leurs dossiers de meurtre sont réglés, Patrice Gaudreault-Morin et Stéphane Trudel continuent à défrayer la chronique judiciaire.

Pour un, Gaudreault-Morin doit subir un procès le 29 août prochain, au palais de justice de Val-d’Or, relativement à une affaire de voies de fait graves. L’individu de 35 ans est accusé d’avoir blessé, mutilé ou défiguré un homme, le 26 décembre 2015 à Val-d’Or.

Rappelons que Patrice Gaudreault-Morin purge une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant au moins 25 ans de détention, après qu’un jury l’ait déclaré coupable de meurtre prémédité contre Sébastien Goudreau au terme d’un procès de cinq semaines, le 7 avril dernier.

Le cadavre de Goudreau avait été retrouvé le 24 décembre 2015 près du Camping Sagittaire, après que la victime ait été battue par Gaudreault-Morin la veille, dans une résidence de la rue Dupuis à Val-d’Or.

Par l’entremise de ses avocats, l’accusé a déposé un avis d’appel sous divers motifs, dont celui de verdict déraisonnable compte tenu de la preuve présentée au procès, le 7 mai au palais de justice de Québec.

Deux chefs à Amos

De son côté, Stéphane Trudel fait face à deux chefs d’accusation liés à des événements qui seraient survenus au Centre de détention d'Amos, l’un pour voies de fait avec lésions contre un homme (en décembre 2016), l’autre pour possession de substances illicites (en juin 2017).

L’individu de 38 ans doit comparaître au palais de justice d’Amos, le 18 juin prochain, pour fixer la date de son procès et aussi pour substitution de procureur, puisqu’il doit se trouver un nouvel avocat.

Comme on le rapportait la semaine dernière, à la suite d’une entente intervenue entre la Couronne et la défense, Trudel a plaidé coupable, le 10 mai au palais de justice de Val-d’Or, à une accusation réduite d’homicide involontaire coupable concernant le meurtre de Daniel Dubois, tué d’une balle à l’abdomen en novembre 2014 devant l’ancien bar de danseuses le Red Light.

Avec cette entente, Stéphane Trudel a évité un procès pour meurtre qui devait débuter cette semaine (il était accusé de meurtre non prémédité) et écopé d’une sentence de 10 ans de prison, dont la moitié est purgée en tenant compte de la détention préventive.

En principe, Trudel pourra donc sortir de prison quelque part en 2023, un peu moins de neuf ans après les faits, qu’il a reconnus en cour le 10 mai suite à ses négociations avec la Couronne (soit d’avoir tiré sur Dubois lors d’une altercation entre les deux hommes).

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par