Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

30 Mai 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

La MRC Abitibi refuse de soutenir Autobus Maheux

TRANSPORT. Les conseillers de comté de la MRC Abitibi ont refusé de soutenir financièrement Autobus Maheux pour maintenir intactes les lignes Val-d'Or-Matagami et Rivière-Héva-Amos.

Après en avoir discuté le 18 avril, puis lors de leur lac-à-l'épaule du 9 mai et échangé de nouveau sur le sujet à la table des conseillers de comté le 16 mai, les élus ont finalement rejeté les propositions d'investir 22 000 $ pour assurer le maintien du transport collectif sur ces deux lignes.

Une première résolution concernait la liaison d'autobus Val-d'Or-Matagami, pour laquelle la MRC Vallée-de-l'Or, la Ville de Matagami et la MRC Abitibi devaient contribuer chacune 10 000 $ pour aller chercher une aide de 90 000 $ via le Programme d'aide au développement du transport collectif. Le vote a été demandé et s'est terminé à égalité. La résolution n'a donc pas été adoptée.

Une deuxième résolution visait la liaison Rivière-Héva-Amos. Selon celle-ci, la MRC Abitibi devait investir 12 000 $ conditionnellement à des aides de 2500 $ de la MRC Vallée-de-l'Or et de la Ville de Rouyn-Noranda. Ces 17 000 $ auraient généré une aide gouvernementale de 51 000 $. Celle-ci a été rejetée à l'unanimité par les 16 conseillers de comté (la Ville d'Amos était absente).

Précisons toutefois que la MRC Vallée-de-l'Or s'est déjà engagée pour un montant global de 35 000 $ et la Ville de Rouyn-Noranda pour 20 000 $ afin de soutenir le transport collectif dans la région.

Des élus mal à l'aise

Lors des discussions, les élus ont de nouveau remis en question l'idée d'aider une entreprise privée, bien que le préfet suppléant Pascal Rheault ait rappelé qu'il s'agissait d'un service de transport collectif. Certains ont évoqué le fait que bien d'autres entreprises offrant des services importants dans leurs communautés ne bénéficiaient pas de ce genre d'aide de la MRC. De plus, on a dit craindre une récurrence de cette aide financière, alors que la MRC a déjà contribué il y a deux ans.

Par ailleurs, les sommes que la MRC devait engager provenaient de montants non utilisés du Fonds de soutien aux projets structurants, ce qui rendait aussi certains élus inconfortables. «On se limite à 160 000 $ par année pour soutenir des projets du milieu», a notamment évoqué Guy Baril, maire de Landrienne.

Ce dernier a aussi déploré le fait que la MRC Abitibi devait investir 12 000 $ contre 2500 $ chacune pour la MRC Vallée-de-l'Or et la Ville de Rouyn-Noranda pour la liaison Rivière-Héva-Amos. «Je croyais qu'on devait tous se partager également la facture», a-t-il évoqué. Ce à quoi on lui a répondu que les deux autres secteurs étaient moins affectés par cette liaison.

Voyez aussi: Aide au transport collectif: la MRC Abitibi réfléchit

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par