Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

08 Mai 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Le Barreau honore le juge Jocelyn Geoffroy

©gracieuseté

JUSTICE. Le juge Jocelyn Geoffroy, de la Cour supérieure du Québec, a reçu le Mérite du Barreau de l'Abitibi-Témiscamingue, le jeudi 26 avril.

Le Barreau lui a remis cet honneur lors de son congrès annuel, qui a réuni plus de 70 membres à Amos. Créé en 2004, le prix souligne la contribution d'un membre ou d'un ancien membre au développement et à la promotion du Barreau et à l'avancement du droit et de la justice.

Quand on aime une communauté, on s'implique pour l'améliorer -Jocelyn Geoffroy

La bâtonnière Nathalie Pelletier a alors souligné les nombreux faits d'armes du juge Geoffroy, qui vont de la présidence du Centre résidentiel communautaire (1998-2008) et de la Chambre de commerce d'Amos-région (1994-1995) au siège d'administrateur de nombreux organismes en passant par le rôle de bâtonnier du Barreau de l'Abitibi-Témiscamingue (2001-2002) et de président fondateur du Palais des arts Harricana et Musée d'histoire de l'Abitibi.

«C'est aussi parce que depuis qu'il a accédé à la magistrature (2008), les commentaires de nos membres sont à l'effet qu'il soit demeuré lui-même, très accessible et disponible pour l'ensemble des avocats, ce qui est très apprécié», fait valoir Me Pelletier.

Droit au cœur

L'Honorable Jocelyn Geoffroy a été touché droit au cœur en recevant cette prestigieuse distinction du Barreau. L'effet de surprise était particulièrement réussi, lui qui n'avait pas été averti au préalable.

«C'est tout un honneur. Ça me fait plaisir de recevoir ce prix. Je prends cet hommage comme une marque d'appréciation des membres du Barreau à mon endroit. C'est une belle preuve d'amour, un amour réciproque. J'en ai côtoyé plusieurs comme avocat pendant 24 ans et juge depuis 10 ans. C'est sûr qu'ils vont me manquer, mais je vais continuer de revenir régulièrement», confie le magistrat qui retournera bientôt dans sa région natale de la Mauricie, lui qui a été transféré à Trois-Rivières.

Rester connecté

Le juge de 58 ans est le premier surpris quand on fait l'étalage de ses implications. «Je suis arrivé à Amos le 1er avril 1984, alors c'est quand même sur 34 ans. J'ai pour mon dire que quand on aime une communauté, on s'implique pour l'améliorer», a indiqué celui qui a fondé une importante firme d'avocats avec des associés en 1987.

Parmi ses implications, il retient particulièrement celles au Centre résidentiel communautaire et la fondation de la Maison de la famille d'Amos (jadis la Boîte à copains), un modèle qu'il avait vu à Gatineau lors de ses études en droit à l'Université d'Ottawa.

«Je me souviens aussi d'avoir été parmi les premiers à lancer le dossier de l'agrandissement du centre de détention à Amos», a conclu celui dont le devoir de réserve empêche maintenant de s'impliquer, sauf au sein du club Richelieu où il est demeuré membre «pour rester connecté avec la communauté».

Les récipiendaires du Mérite du Barreau

2004        Me Charles-Noël Barbès

2005        Me Louis-Marie Chabot

2006        Me Claude Beaudet

2006        Me Henri Kélada

2009        Honorable Guy Gagnon

2014        Me Claude Cossette

2014        Honorable Jacques Ladouceur

2017        Honorable Isabelle Breton

2018        Honorable Jocelyn Geoffroy

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par