Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

09 Mai 2018

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Patrice Gaudreault-Morin en appel sous trois motifs

©Photo - Depositphotos/Olga Chernetska et Leonid Yastremskiy

C’est reparti pour le dossier de meurtre de Patrice Gaudreault-Morin. Et peut-être pour un sapré bon bout de temps.

Déclaré coupable de meurtre prémédité contre Sébastien Goudreau au terme d’un procès de cinq semaines, le 7 avril dernier au palais de justice de Val-d’Or, Gaudreault-Morin a déposé un avis d’appel par l’entremise de ses avocats, le 7 mai à Québec.

Me Mia Manocchio et Me Jordan Trevick invoquent trois motifs dans leur demande d’appel : un verdict déraisonnable compte tenu de la preuve présentée au jury; une possible preuve de propension concernant l’arme à feu saisie à Tremblant; et l’arbre de décision présenté par le juge dans ses directives au jury (arbre dont au moins une branche, selon la défense, pouvait potentiellement porter à confusion et mener à un verdict erroné).

«La décision n’était pas tant si on allait en appel ou non, mais bien sous quels motifs on irait. Ça peut changer en cours de route, mais pour l’instant, ce sont les trois motifs inscrits au dossier d’appel», a indiqué Me Manocchio.

«On ne comprend pas»

Rappelons que quatre possibilités de verdict s’offraient au jury dans cette affaire: meurtre au premier degré (avec préméditation), meurtre au deuxième degré (sans préméditation), homicide involontaire coupable ou agression armée (en raison de l’utilisation d’un poing américain).

L’acquittement n’était pas possible puisque l’accusé avait lui-même reconnu, lors de son témoignage, avoir commis un acte illégal en battant Sébastien Goudreau, le soir du 23 décembre 2015 dans une résidence de la rue Dupuis à Val-d’Or.

«Nous sommes conscients que ce sera difficile de prouver le verdict déraisonnable, mais on ne comprend toujours pas comment le jury, à partir de la preuve, a pu en venir à un verdict de meurtre au premier degré, a mentionné Me Manocchio.

«Quant à l’arme à feu saisie lors de l’arrestation de Patrice Gaudreault-Morin à Tremblant, on se demande s’il ne s’agissait pas d’une preuve de propension, puisque l’arme (bien que l’accusé l’avait avec lui pendant qu’il battait Sébastien Goudreau) n’a pas été utilisée contre la victime, ni pour tirer, ni pour frapper», a souligné l’avocate de la défense.

Très long processus

Pendant le processus d’appel, Patrice Gaudreault-Morin continuera à purger sa peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant au moins 25 ans de détention.

Ce processus d’appel, s’il franchit toutes les étapes, pourrait s’étaler sur au moins deux ans, sinon plus. Pour les avocats de Gaudreault-Morin, le but de l’exercice est d’obtenir ultimement un verdict d’homicide involontaire ou peut-être même d’agression armée, ce qui permettrait à leur client d’écoper d’une sentence moins sévère.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par