Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

19 Juin 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Amos a réalisé un surplus de 228 000 $ en 2017

La dette a bondi de 16 % pour atteindre 32,2 M $

Amos a réalisé un surplus de 228 000 $ en 2017

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

MUNICIPAL. La Ville d'Amos a réalisé un surplus de 228 000 $ au cours de l'exercice financier de 2017. Sa dette a fait un bond de 16 % pour atteindre 32,2 millions $ au 31 décembre dernier.

Ce sont là les grandes lignes du rapport sur la situation financière de la Ville d'Amos au 31 décembre 2017 qu'a présenté le maire Sébastien D'Astous, lors de la séance du conseil du 18 juin. Autrefois publié à l'automne, ce rapport l'est maintenant au printemps en vertu de la loi 122 et sera disponible au www.ville.amos.qc.ca.

Ainsi, en 2017, la Ville rapporte des revenus de 37 436 194 $ et des dépenses de 37 207 821 $, ce qui lui a permis de dégager un surplus de 228 373 $. En 2016, le surplus avait été de 1,4 M $. Le maire a aussi expliqué que la richesse foncière de la Ville a crû de plus de 11 % depuis 2015 pour atteindre 1 209 303 000 $ en 2017, ce qui a permis de maintenir un taux de taxe à 1 $ du 100 $ d'évaluation.

29,5 M $ investis en deux ans

La Ville d'Amos a réalisé des travaux de plus de 15,5 M $ en 2017, portant le total à 29,5 M $ sur deux ans, puisque certains ont été réalisés en 2016 et 2017, comme la réfection et l'agrandissement du complexe sportif (14 M $). La passerelle Ulrick-Chérubin (1,3 M $), la réfection de la piste d'atterrissage et le réaménagement du bâtiment d'accueil à l'aéroport Magny figurent parmi les plus importantes immobilisations.

«On a mis à profit des subventions ponctuelles qu'on n'aurait pu avoir il y a trois ans ou dans le futur» - Sébastien D'Astous

La Ville a aussi réalisé plusieurs interventions sur son réseau routier, au parc Lions et à la piste cyclable, qui fut asphaltée en 2017. Pour la plupart, tous ces projets ont été financés en partie par des subventions (44 %) et parfois, par des taxes de secteur (8 %). Les contribuables amossois ont assumé 48 % de ces investissements.

«Les élus de la ville ont voulu mettre à profit l'effet de levier généré par l'octroi de subventions, tout en faisant profiter ses citoyens de nouvelles installations. Ainsi, la qualité de vie s'en voyait améliorée dans le futur», a déclaré le maire D'Astous.

La dette augmente

Ces nombreux investissements en peu temps ont eu un effet sur la dette nette de la Ville, qui est passée de 27,7 à 32,2 M $ en 2017.

Sébastien D'Astous précise toutefois que les élus ont mis en place différentes réserves financières totalisant 7 M $ afin d'assurer une stabilité et soutenir certains investissements prévus dans le temps. S'ajoutent un surplus cumulé non affecté de 1,8 M $ et un fonds de roulement de 900 000 $, ce qui fait dire au maire que la Ville possède un bas de laine de 9,7 M $.

Politique de gestion de la dette

Par ailleurs, le conseil municipal doit adopter en juillet une politique de gestion de la dette qui le guidera dans ses décisions en matière d'endettement.

Celle-ci utilise deux ratios, soit le rapport de la dette totale sur les revenus, qui est actuellement à 86 %, et le rapport du coût du remboursement annuel de la dette sur les dépenses, à 9,9 % pour le moment. Ces ratios se compareraient avantageusement à ceux de plusieurs villes du Québec.

Le maire D'Astous précise que la politique viendra fixer des seuils de ces ratios en fonction desquels la Ville devra prendre des mesures pour redresser la situation. La politique doit être disponible sur le site internet de la Ville vers la mi-juillet.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média