Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

04 Juin 2018

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Confinement barricadé préventif à l’école La Concorde

On a eu recours au confinement barricadé durant une trentaine de minutes, lundi vers 12h30, à l’école secondaire La Concorde de Senneterre.

«Cette mesure a été prise de façon préventive à la suite d’un appel qui faisait état d’un individu au comportement suspect en ville, indique-t-on dans un communiqué de la Commission scolaire de l’Or-et-des-Bois (CSOB).

«Les membres du personnel et les élèves ont procédé aux mesures prévues et les policiers sont rapidement arrivés sur place pour sécuriser l’école. Le tout s’est passé dans le calme et les cours ont repris normalement en après-midi», précise l’organisation.

Le confinement barricadé, un protocole de sécurité, a été mis en application quand, après avoir reçu une information provenant du public, la police a avisé la direction de l’école qu’un individu armé semblait se diriger vers La Concorde, qui compte 180 élèves et une vingtaine de membres du personnel.

«L’individu était muni d’un fusil à air comprimé qui ressemblait à un vrai fusil. Or, selon les informations qu’on nous a fournies, il n’avait pas d’intentions malveillantes. Il y aura donc eu plus de peur que de mal, a signalé le directeur de l’école La Concorde, Marc-André Bastien. Nous avons dû traiter certains élèves un peu plus stressés par la situation, mais rien de grave», a-t-il ensuite assuré.

«Le jeune homme au comportement suspect a été intercepté avant d’arriver à l’école et il a été rencontré par les policiers», a pour sa part fait savoir une porte-parole de la Sûreté du Québec.

Aucune chance à prendre

Considérant les fusillades qui sont survenues dans des écoles au cours des derniers mois et des dernières années ailleurs dans le monde, surtout aux États-Unis, il n’y a évidemment aucune chance à prendre dans ce genre de situation.

«Depuis les événements du Collège Dawson (une fusillade qui avait fait deux morts et une vingtaine de blessés en 2006), une loi interdit d’avoir en sa possession une arme ou tout objet ressemblant à une arme dans les écoles», a fait remarquer M. Bastien.

La CSOB et la direction de l’école tiennent à souligner la bonne collaboration de la Sûreté du Québec, des membres du personnel et des élèves pour la mise en place du protocole de sécurité.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par