Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

23 Juillet 2018

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

L’avenir d’Alexandria Minerals se jouera le 24 juillet

L’avenir d’Alexandria Minerals se jouera le 24 juillet

©Gracieuseté - Alexandria Minerals

La campagne de forage réalisée en 2017 sur Orenada n’a pas donné les résultats escomptés, bien que le projet affiche un potentiel global de 320 781 onces d’or.

L’avenir du projet de relance de l’ancienne mine Orenada, à l’est de Val-d’Or, pourrait se jouer le 24 juillet. Alexandria Minerals Corporation tentera alors d’éviter ce qui semble avoir les apparences d’un putsch.

Depuis 2016, la société junior torontoise envisage de relancer cette mine qui, en 1982, avait livré 6600 onces d’or et une petite quantité de cuivre. Une première estimation de ressources, publiée à l’automne 2009, avait alors rapporté un potentiel de 268 528 onces d’or mesurées et indiquées ainsi que 124 248 onces d’or présumées.

En 2017, la société avait entrepris une campagne de 45 000 mètres de forage destinée à prouver que le gisement contenait des teneurs en or plus élevées que ce qui avait été évalué en 2009. Le fondateur d’Alexandria, Eric Owens, qui en était alors aussi le PDG, avait fait valoir, dans un communiqué, que les travaux allaient plus que doubler les ressources minérales du projet.

Escalade de tensions

En décembre de la même année, le conseil d’administration avait cependant annoncé qu’il évaluait désormais diverses options pour assurer la survie financière de la société, incluant des partenariats, des fusions potentielles ou même son rachat par une autre société. Quelques jours plus tard, M. Owens a fait savoir qu’il avait entrepris une campagne alternative de financement, et ce, sans l’autorisation du conseil. Il avait fait valoir que, selon lui, les orientations du conseil visaient ni plus ni moins à saborder Alexandria.

La tension a constamment monté au cours des semaines suivantes pour culminer avec le congédiement d’Eric Owens, le 13 février, pour insubordination, après que ce dernier eût obtenu des engagements de financement totalisant 21,5 M $.

Cependant, comme il était demeuré membre du conseil d’administration, le fondateur d’Alexandria, avec l’appui de membres dissidents, a fait volte-face et obtenu, le 26 février, la tenue d’une assemblée spéciale pour faire élire, selon ses mots, «un nouveau conseil d’administration plus favorable aux intérêts des actionnaires». Celle-ci doit avoir lieu le 24 juillet.

Résultats inférieurs aux attentes

Entre-temps, la publication d’une nouvelle mise à jour des ressources, le 6 juin, a démontré que, loin de répondre aux objectifs visés, la campagne de forage de 2017 a plutôt réduit l’ampleur du projet Orenada. Celui-ci contiendrait désormais 194 522 onces d’or indiquées et 126 259 onces d’or présumées, tandis que les teneurs ont légèrement diminué.

Dans un communiqué, Alexandria a expliqué que, si les calculs avaient été effectués dans les règles de l’art par une firme indépendante, la campagne de forage, elle, avait été mal planifiée dès le départ, alors que Eric Owens avait opté pour un modèle visant une exploitation souterraine en vrac plutôt que la fosse à ciel ouvert préconisée par le conseil d’administration.

Rencontre cruciale

Dans quelques jours, les actionnaires d’Alexandria devront statuer sur l’avenir de l’entreprise, à savoir s’ils autorisent le congédiement de M. Owens et des membres dissidents du conseil ou, à l’inverse, s’ils les gardent en place et excluent les membres actuels.

D’un côté, Alexandria a annoncé que, malgré les résultats inférieurs aux attentes concernant les ressources minérales d’Orenada, elle maintiendrait le cap sur le développement de ses projets le long de la faille de Cadillac et elle mettrait en place une nouvelle direction générale. Elle a aussi fait savoir qu’elle entreprendrait sous peu de nouvelles démarches de financement. Celles-ci comprendraient la vente des actifs jugés non essentiels.

De l’autre, Eric Owens et les membres du conseil qui l’appuient ont rappelé que, depuis son congédiement, l’action d’Alexandria avait perdu 70 % de sa valeur, tandis que le conseil avait, selon ses dires, abandonné tout plan de croissance passant par une stratégie agressive d’exploration pour plutôt vendre à rabais la société qu’il avait fondée. Si les actionnaires votent en sa faveur, il s’est engagé à redémarrer les programmes d’exploration pour débloquer tout le potentiel des propriétés abitibiennes d’Alexandria.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média