Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales

Retour

24 juillet 2018

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

François Legault parle d’économie en Abitibi

François Legault

©Photo Dominic Chamberland - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Le chef caquiste François Legault s’amusant aux commandes d’une machine lors de sa visite chez Eltec (Technologies Élément), à Val-d’Or : aucun doute, la campagne électorale est commencée!

Pour la troisième fois en l’espace de sept ou huit mois, François Legault s’est offert une petite visite en Abitibi, lundi et mardi.

Après un saut à Amos pour aller chez Résolu et présenter sa nouvelle recrue Suzanne Blais, candidate caquiste dans le comté Abitibi-Ouest, l’aspirant premier ministre du Québec a fait un arrêt à Val-d’Or pour appuyer son candidat dans Abitibi-Est, Pierre Dufour, et pour visiter deux entreprises, Eltec (Technologies Élément) et Avionnerie Val-d’Or.

«Le gouvernement et Investissement Québec doivent mieux aider nos entreprises de deuxième et de troisième transformation qui exportent leurs produits à l’étranger. Notre priorité à la CAQ étant l’économie, c’est ce que l’on compte faire, a affirmé le leader caquiste.

«Il va aussi falloir aider des secteurs qui se trouvent en difficulté, comme celui du papier journal. L’État doit être capable d’offrir un meilleur accompagnement à ces secteurs, a ajouté M. Legault. Le secteur manufacturier est une clé; en l’aidant adéquatement, le Québec sera moins dépendant de la péréquation.»

L’immigration, la solution?

La pénurie de main-d’œuvre est évidemment revenue sur le tapis durant le point de presse de François Legault à Val-d’Or. Et selon lui, l’immigration ne serait pas la principale solution à ce problème.

«Soyons prudents quand M. Couillard dit que c’est la solution à tous les problèmes de pénurie de personnel, a-t-il déclaré. Sur les 50 000 immigrants que le Québec reçoit chaque année, 26% quittent pour une autre province. Et parmi ceux qui restent, le taux de chômage est de 15%. Il faudra donc mieux choisir nos immigrants et aussi mieux former notre monde (pour atténuer la pénurie de main-d’œuvre), a affirmé M. Legault.

«Il ne faut pas se conter d’histoires : il y a une pénurie d’emplois payants à 30 ou 40 $/heure dans la région, où le salaire moyen tourne autour de 45 000 $ par année, a-t-il signalé. On doit faire en sorte, avec de la bonne formation, d’avoir plus d’emplois payants. On pourra alors attirer plus de travailleurs en Abitibi, en faisant connaître ces emplois à Montréal et à Québec. Il faudra aussi que les employeurs comprennent qu’il y aura de moins en moins de candidats pour les postes à 12 ou à 15 $/heure», a raconté M. Legault.

Protéger l’esker

Questionné par des journalistes à savoir s’il était en faveur d’un BAPE concernant le projet de mine de lithium à La Motte versus l’esker St-Mathieu, François Legault a répondu que toutes les mesures doivent être prises afin qu’il n’y ait aucun impact.

«L’esker et Eau Eska sont des fleurons. On comprend les préoccupations des gens, qui veulent conserver cette eau fantastique, a-t-il mentionné. Si nous sommes élus, on va s’assurer d’être capables de dire à la population qu’il n’y a aucun danger.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média