Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Jeux du Québec

Retour

10 août 2018

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Stéphan Dulude tire sa révérence après cinq Jeux du Québec

Stéphane Dulude - Tir à l'arc

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Stéphan Dulude, accompagné par sa conjointe Isabelle Samson, tourne la page après cinq présences aux Jeux du Québec.

Après cinq Jeux du Québec et neuf médailles amassées, Stéphan Dulude a décidé de passer le flambeau d’entraîneur de tir à l’arc pour la délégation de l’Abitibi-Témiscamingue.

Ce dernier, toujours habité par la passion du sport, croit qu’il est temps de passer à autre chose compte tenu du fait que ses enfants sont rendus plus vieux et ne participeront plus à des compétitions. 

Ayant débuté son implication à la Finale de 2010 à Gatineau, l’homme a eu la chance d’avoir près d’une vingtaine d’athlètes sous son aile lors éditions suivantes. 

Rencontré lors de la journée des finales de la discipline qui avait lieu le 30 juillet, Dulude part avec un sentiment de fierté. 

«Je pars de Thetford Mines la tête haute. On avait un objectif de gagner deux médailles cette année et on a réussi. Je suis très fier de mes jeunes et je crois que c’est le temps de penser à la relève. Je veux passer le relais à un autre papa qui souhaite entraîner», s’est exprimé Stéphan Dulude. 

Toutefois, celui-ci va continuer d’être présent dans le tir à l’arc régional. 

«Je veux m’impliquer bénévolement dans les petites compétitions régionales. Peut-être aussi un peu pour préparer les Jeux du Québec, mais le plus gros du travail, je vais le laisser à quelqu’un d’autre», a ajouté Dulude. 

De bons souvenirs 

Questionné sur l’aspect qui va lui manquer le plus, Stéphan Dulude croit que l’esprit de groupe est une belle chose qui ressort lors de ces finales provinciales. 

«C’est sûr que c’est des beaux moments quand on gagne des médailles. J’ai plusieurs souvenirs en groupe et de les vivre dans un ensemble est ce qu’il y a de mieux. Dans ce sport-là, c’est une belle fraternité. Je rencontre à chaque année les mêmes entraîneurs. On partage et on s’échange des équipements. On se répare les arcs et les flèches ensemble. Une entraide de la sorte aide à garder le tir à l’arc propre», a-t-il mentionné. 

L’homme dans la quarantaine gardera en souvenir le parcours et la progression de Raphael Audet lors des Jeux du Québec. 

«J’ai eu un jeune qui a eu beaucoup de difficultés à ses premiers Jeux avec un arc à poulie. Il a vu les autres jeunes avec un arc recourbé et il s’est dit qu’il fera la prochaine finale avec ça. Il s’est amélioré beaucoup. Il s’est classé en milieu de peloton deux ans plus tard pour ainsi remporter une médaille de bronze à ses troisièmes Jeux. Aujourd’hui, ce jeune-là est sur la sélection de l’équipe québécoise en vue des Jeux du Canada. C’est un excellent exemple de persévérance», a raconté l’entraîneur.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média