Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

23 Août 2018

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Garderie de nuit: un réel besoin à Val-d’Or?

Garderie

©Archives

Plusieurs familles peinent à trouver un service de garde pour leurs enfants.

Lors de sa séance du 2 juillet dernier, la Ville de Val-d’Or a présenté un changement de son règlement de zonage afin de permettre la création de garderies de nuit sur son territoire.

Grâce à ce changement, une première maison de répit pourra voir le jour dès cet automne à Val-d’Or. C’est d’ailleurs en raison de ce projet que la municipalité a décidé de modifier son règlement de zonage. «Chantal St-Amour, qui dirige ce projet, m’a approchée pour m’expliquer ce qu’elle voulait faire et j’ai tout de suite pensé que c’était une bonne idée. Ça va aider les mères monoparentales ou encore les couples qui ont des horaires différents», assure Lorraine Morissette, conseillère municipale et déléguée au comité consultatif d'urbanisme. 

Cette maison permettra entre autres aux parents avec des enfants ayant des handicaps ou autres besoins particuliers à prendre du temps pour eux tout en laissant leurs enfants en sécurité pour la nuit. 

Toutefois, pour ce qui est des garderies en milieu familial, la possibilité d’offrir des services de nuit a déjà été envisagée par le passé, selon la directrice du bureau coordonnateur de la Vallée des Loupiots, qui veille à l'application des normes dans les services de garde subventionnés en milieu familial, Brigit Larouche. «Je sais que deux intervenantes ont déjà essayé cette façon de faire par le passé, raconte Mme Larouche. Par contre, ça n’a jamais vraiment marché, car il n’y avait pas de demandes.» 

Lorsque questionné par rapport aux demandes des garderies, Lorraine Morissette précise que ce changement de règlement n’a pas été effectué à la demande d’intervenantes. 

«C’est pour le projet de maison de répit que nous l’avons fait, avoue-t-elle. À ce que je sache, il n’y a eu aucune demande de la part d’éducatrices pour ouvrir des garderies de nuit. Toutefois, désormais, ce sera possible si certains centres veulent l’offrir.» 

«Peut-être que cette réalité a changé depuis, estime Brigit Larouche. Mais pour le moment, ce sont surtout les garderies de jour qui sont en demande». 

Manque de garderies 

La pénurie de service de garde en milieu familial est toujours aussi alarmante à Val-d’Or. En mars dernier, la Vallée des loupiots a lancé une campagne de recrutement afin de combler les besoins des familles. «Nous avons réussi à recruter 3 candidates, précise Brigit Larouche. Nous sommes loin de pouvoir répondre à la demande.» 

La directrice et ses collègues prévoient lancer une nouvelle campagne à l’automne prochain. De plus, l’organisme travaille de concert avec la MRC de la Vallée-de-l’Or pour trouver des moyens de contrer ce manque. «Nous avons commencé à travailler avec la MRC pour trouver des stratégies. Par exemple, pour les nouveaux arrivants, nous aimerions que le métier d’éducatrice de garderie soit mis de l’avant, explique Mme Larouche. Dans un monde idéal, il nous faudrait 20 nouvelles intervenantes. Ça semble peu, mais si on compte que chaque éducatrice va s’occuper d’environ six enfants, ça monte rapidement à 120 jeunes.» 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média