Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

06 août 2018

Andréi Audet - aaudet@lexismedia.ca

Domaine Opasatica: un incontournable de la villégiature abitibienne

Domaine

©Photo gracieuseté - Domaine Opasatica

Un peu plus de quatre ans après le rachat des installations du Domaine Opasatica qui appartenaient au diocèse catholique de Rouyn-Noranda, les nouveaux propriétaires en ont fait un véritable centre de villégiature, mais non pas sans défis. 

Le site du Domaine Opasatica, qui se trouve aux abords du lac portant le même nom et à environ 20 minutes du centre-ville de Rouyn-Noranda, a été un réel coup de cœur pour Geneviève Tétreault, copropriétaire du centre de villégiature.  

«Je désirais aider au développement régional et en voyant ce site, j’y ai tout de suite vu un potentiel incroyable. Je sentais que j’étais capable avec les autres propriétaires de mettre quelque chose en place. Il fallait absolument que les gens s’approprient ce territoire», explique-t-elle. 

Adaptation 

Ne voulant pas se limiter à en faire un site où les visiteurs ne loueraient qu’un simple chalet, les copropriétaires ont entrepris une sérieuse réfection du terrain et des installations, lors de la première année d’acquisition.  

«On est vraiment parti de très loin, car nous devions tout remettre au goût du jour, sans complètement enlever son caractère d’origine», se rappelle Mme Tétreault. 

Afin d’offrir les bons services et d’organiser des activités adéquates, tout un travail de positionnement a également dû être fait.  

«Il est certain qu’on a eu à réfléchir et à se revirer de bord, selon ce que nous entrevoyions pour le centre. La première année a été beaucoup d’adaptation», accorde la copropriétaire. 

«On y croyait à notre projet, peu importe les embûches ou les défis que nous avions à surmonter» - Geneviève Tétreault

Peu d’aide 

Croyant au départ avec la multitude de programmes et de financement disponibles dans les différentes instances de la Ville ou gouvernementale, Mme Tétreault avait bon espoir que ses partenaires et elle recevraient de l’aide.  

«Honnêtement, on n’a pas eu beaucoup d’aide et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Les investissements étaient alors peut-être moins élevés à ce nous nous attendions, puisqu’on avait un financement plus restreint», précise-t-elle. 

La femme d’affaires, qui est aussi animatrice à la vie étudiante de l’école D’Iberville, à Rouyn-Noranda, croit toutefois que la volonté a beaucoup joué dans la réalisation du projet. 

«On y croyait à notre projet, peu importe les embûches ou les défis que nous avions à surmonter. Ça a beaucoup aidé», ajoute-t-elle.  

Familial 

Après plusieurs années à avoir servi au diocèse catholique de Rouyn-Noranda pour ses camps religieux ou des soirées dansantes, le Domaine Opasatica offre désormais une multitude de services pour répondre à la clientèle, à majorité abitibienne. 

«On a complètement revu ce que nous voulions en faire une fois tous les changements apportés. On désirait vraiment mettre l’accent sur le jeu et le plein air», fait remarquer Mme Tétreault. 

Par exemple, une famille qui décide de séjourner sur le site, en y louant un chalet ou un dortoir, peut avoir à proximité plusieurs embarcations, telle qu’un pédalo de luxe, pour se promener sur le lac Opasatica.     

«On désire vraiment que le Domaine soit un endroit familial où on n’a pas à se casser la tête et où on peut s’amuser», souhaite la copropriétaire. 

Événementiel  

Des mariages ou encore des événements corporatifs d’entreprises peuvent être organisés sur le site. 

Dernièrement, le Festival Mudra, tenu par Mudra espace sportif, qui a rassemblé plusieurs dizaines de personnes, a été la preuve, selon Geneviève Tétreault, que le Domaine Opasatica sait se rendre accessible et attrayant, peu importe l’activité qu’on désire y tenir en plein air. 

«Nous voulons être un facilitateur dans l’organisation d’événements demandant une grande capacité. De pouvoir réaliser des partenariats de l’envergure du Festival Mudra m’encourage beaucoup pour la suite», fait-elle valoir. 

Confiante, Mme Tétreault sait qu’il reste du travail à faire afin que le Domaine Opasatica se positionne et soit ancré parmi les centres de villégiatures de la province, mais la fierté qu’elle a pour le projet la motive à foncer pour l’amener encore plus loin.   

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média