Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

08 Août 2018

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

L’UQAT inaugure son nouveau Pavillon des Premiers-Peuples

L’UQAT inaugure son nouveau Pavillon des Premiers-Peuples

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Le nouvel étage du pavillon des Premiers-Peuples de l’UQAT a été dévoilé mercredi matin en présence de plusieurs dignitaires.

ÉDUCATION - L’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) a procédé au dévoilement du nouveau pavillon des Premiers-Peuples de son campus de Val-d’Or, qui a subi des travaux d’agrandissement grâce à un financement de 3,23 M $ de Québec.

Le nouvel étage comprend, notamment, des espaces pour la recherche et pour offrir des lieux de discussions.

Pour le ministre responsable des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley, l’aboutissement de ce projet lui procure un grand sentiment de fierté surtout qu’il en est à ses derniers pas en politique.

«C’est une grande journée pour moi. L’éducation c’est le nerf de la guerre. Si on veut préparer à la fois la jeunesse autochtone et les personnes appelées à travailler en milieu autochtone, il faut une meilleure formation et l’UQAT a beaucoup de leadership dans ce domaine», a fait savoir M. Kelley.

Pour le recteur Denis Martel, l’agrandissement de ce pavillon entre dans les mêmes valeurs d’accompagnement qui guidaient les fondateurs de l’université.

«C’est un projet de l’UQAT pour l’ensemble de la population présente sur le territoire. Bien sûr, c’est dédié en grande partie aux communautés autochtones, mais les relations entre eux et les allochtones vont dans les deux sens. Les deux parties doivent s’entendre, s’écouter et partager. Ces structures-là font partie des plans de l’Université pour aider à ce rapprochement des différences», a expliqué M. Martel.

Ce dernier croit qu’une meilleure connaissance de la culture et des valeurs autochtones peuvent permettre aux intervenants allochtones de mieux s’intégrer, de faire leur travail plus efficacement et d’aider à éviter une tragédie comme celle du policier Thierry LeRoux, mort en service au Lac-Simon en février 2016.

Une belle progression

Le taux de diplomation des étudiants autochtones continue de s’accroître avec les années alors que l’UQAT a vu près de 700 personnes issues de ces milieux recevoir un diplôme universitaire. L’établissement ne comptait que deux élèves autochtones dans le milieu des années 1980.

Pour Denis Martel, ces réussites académiques peuvent amener des dividendes dans le futur.

«Tout est une question de modèle. À partir du moment où il en a un, tu peux, comme jeune, regarder le tout et voir que des gens de ta communauté ont obtenu un diplôme de premier cycle ou une maîtrise. Faut être confronté à des exemples et chacun de nous en ont», a expliqué le recteur.

«J’aime beaucoup aller aux cérémonies de remise de diplômes et mon message est toujours le même: retournez dans vos communautés pour convaincre vos frères et vos sœurs de compléter des études supérieurs. Plusieurs endroits font un travail extraordinaire et tout ça mis ensemble donne une meilleure chance aux étudiants», a ajouté le ministre Kelley.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média