Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

08 Août 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Un centenaire… qui ne fait pas ses 100 ans

Un centenaire… qui ne fait pas ses 100 ans

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Le président du Pavillon Amos, André Lord, a remis la bénédiction papale encadrée à Fernand Letendre.

TÉMOIGNAGE. Fernand Letendre a célébré ses 100 ans, le 1er août. Toujours actif et bien lucide, on lui donnerait facilement 20 ans de moins.

Le Pavillon Amos, où il habite depuis trois ans, a souligné cet anniversaire hors du commun en compagnie d’une quarantaine de résidents, des membres du personnel, deux de ses filles et le maire Sébastien D’Astous.

L’animatrice Marjolaine Langlois l’a présenté comme quelqu’un d’actif et souriant, dont l’accueil est toujours chaleureux. «Il n’y a pas de mots assez grands pour exprimer tout ce que vous nous inspirez, aux membres du personnel et aux résidents. Vous êtes un exemple de détermination», a-t-elle déclaré.

Le chanteur Bernard Bélanger lui a lu et remis un message rédigé de la main du cardinal Marc Ouellet, qu’il avait rencontré à la cathédrale durant le week-end. Le président André Lord lui a remis une bénédiction du pape François dans un cadre.

Fernand Letendre

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Bernard Bélanger a remis à Fernand Letendre une copie du poème qu'il a composé en son honneur.

Encore la voix juste

La chanson était à l’honneur avec la participation de Bernard Bélanger ainsi que Nicole et Yvon Guindon. Membre de chorale de l’église à Poularies pendant 32 ans, Fernand Letendre a pu démontrer qu’il avait encore la voix juste et une bonne mémoire, interprétant Tout doucement et le Credo du paysan.

«Merci à tous ceux qui sont ici, ça me fait grand plaisir. C’est ma maison ici. On forme une grande famille, je me sens chez moi», a-t-il déclaré pendant la fête. En entrevue, il a ajouté: «Malgré la chaleur, c’était tellement beau que je n’ai pas ressenti de fatigue».

Pas de secret…

Fernand Letendre a assuré qu’il ne connaissait pas le secret de sa longévité. Aux prises avec des problèmes d’estomac depuis plusieurs années et une forme d’anémie, il s’est même dit un peu surpris de fêter ses 100 ans

Fernand Letendre

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Fernand Letendre a interprété deux chansons, dont le Credo du paysan accompagné à la guitare par Bernard Bélanger.

«Je suis toujours demeuré actif physiquement et mentalement. J’ai de la misère un peu avec mon équilibre aujourd’hui et je dois me déplacer avec une marchette. J’ai toujours eu de l’intérêt pour la géographie», souligne celui qui lit et chante encore tous les jours, ce qui lui permet sans doute de garder l’esprit vif.

Cultivateur, puis préposé

Né à Saint-Rosaire dans le comté d’Arthabaska, Fernand Letendre est l’aîné d’une famille de 13 enfants qui compte dans ses rangs le Dr Joseph-Adrien Letendre, fondateur du département d’orthopédie à Amos.

Sa famille a déménagé à Poularies en 1921. D’abord cultivateur comme son père, il a ensuite pratiqué toutes sortes de métiers. Son frère médecin lui a dit à un moment que l’hôpital d’Amos cherchait des préposés.

«J’avais aussi la possibilité de travailler à la construction d’un moulin à scie, mais j’ai toujours préféré travailler avec les humains. J’ai été préposé pendant 16 ans avant de prendre ma retraite à 65 ans», raconte-t-il.

Établi à Amos depuis 1967, il est demeuré à la maison avec son épouse jusqu’en 2015. Cette dernière est toutefois décédée il y a deux ans. Ensemble, ils ont fondé une famille qui compte aujourd’hui 8 enfants, 23 petits-enfants et 42 arrière-petits-enfants.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média