Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

11 Septembre 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

La lourdeur de la tâche vient à bout du maire de La Motte

Louis-Joseph Fecteau-Lefebvre a mûrement réfléchi sa décision

Louis-Joseph Fecteau-Lefebvre

©Archives - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Le maire sortant Louis-Joseph Fecteau-Lefebvre aura été en poste pendant dix mois à La Motte.

MUNICIPAL. La charge de travail additionnelle occasionnée par le projet Authier Lithium de Sayona Québec aura eu raison de Louis-Joseph Fecteau-Lefebvre, qui a démissionné de ses fonctions de maire à La Motte le mardi 11 septembre.

Élu sans opposition il y a moins d’un an, M. Fecteau-Lefebvre a informé la Municipalité de sa décision la veille et n’a pas pris part à la séance du conseil municipal en soirée.

Joint mardi, le maire sortant a évoqué différentes raisons qui ont pour dénominateur commun la lourdeur de la tâche qui l’accablait depuis le début de l’année. Il a d’abord souligné sa difficulté de concilier son travail de maire avec son emploi régulier, qu’il doit conserver en raison du statut à temps partiel de la mairie, en plus de l’apprentissage de son rôle.

«On manque clairement de support dans les petites municipalités pour faire face à une aussi grosse affaire» - Louis-Joseph Fecteau-Lefebvre

«Ça demande presque autant de temps qu’être maire d’une grande ville si on décide de s’impliquer, mais on n’est pas rémunérés en conséquence. En plus, je suis en processus pour reprendre l’entreprise de mes parents, ce qui demande beaucoup de temps. Ça faisait déjà quelque temps que j’y pensais. C’est une décision longuement réfléchie. Je me sens soulagé, alors je pense que c’était la bonne chose à faire», a-t-il confié.

Gros dossier, peu de support

Le coup de grâce pour Louis-Joseph Fecteau-Lefebvre aura été le projet Authier Lithium, qui est venu alourdir passablement ses fonctions. «Je me suis blessé à la tâche avec ce projet», a-t-il imagé. Il a reconnu qu’il n’était pas bien outillé pour faire face à un dossier de cette envergure en début de mandat.

«Nous mettre un pareil dossier sur les bras, sans aucune aide des ministères, où il faut cogner nous-mêmes à toutes les portes. C’est très lourd. Pourtant, les ministères ont l’expertise et pourraient nous aiguiller. On doit se débrouiller nous-mêmes et en plus, il faut se plier aux lois provinciales et fédérales», a-t-il déploré.

Conserver une cohésion sociale

Bien qu’il quitte la mairie, M. Fecteau-Lefebvre entend continuer de suivre de près le dossier du projet Authier en sa qualité de citoyen. Il espère qu’on parviendra à préserver la cohésion sociale de la petite municipalité de près de 500 habitants.

«Notre communauté est trop petite, trop fragile pour nous permettre des conflits ouverts. Il faut qu’on fasse tous l’effort de ne pas se chicaner et de trouver comment faire pour que tout le monde y trouve son compte. Ce n’est pas impossible, ce n’est pas insurmontable. Pour cela, il faudrait que le ton baisse», a plaidé le maire sortant.

Et s’il avait un conseil à donner à son éventuel successeur? «D’être le maire de tout le monde. Le fait de ne pas avoir été élu, je ne me suis jamais senti légitime. J’ai toujours été extrêmement prudent dans mes positions. Il faut être à l’écoute de tout le monde. Je pense avoir réussi cet aspect-là. J’ai rencontré tout le monde et je n’ai jamais mis personne de côté», a-t-il conclu.

Des élections d’ici le 2 mars

La vacance du poste de maire sera signifiée à la séance du conseil municipal du mardi 2 octobre, ce qui mettra en branle le processus d’élection partielle pour le remplacer. La Municipalité aura 30 jours pour fixer la date de l’élection, qui devra avoir lieu ensuite dans les quatre mois, soit au plus tard le 2 mars. Pour le moment, le conseiller Réjean Richard assume l’intérim en sa qualité de maire suppléant.

Projet Authier: la Municipalité poursuit le travail

(M. Guindon) – La démission du maire Louis-Joseph Fecteau-Lefebvre n’empêchera pas la Municipalité de La Motte de poursuivre tout le travail déjà amorcé dans le dossier du projet Authier Lithium de Sayona Québec.

Le maire suppléant Réjean Richard a indiqué mardi que le conseil municipal allait continuer de plancher sur les dossiers en cours à la Municipalité. S’il a appuyé le projet Authier en juillet en l’absence du maire, le conseil se livre à une analyse finale afin de préciser sa position.

«C’est le dossier prioritaire. Nous allons étudier ce qui a été remis par la SESAT (Société de l’eau souterraine), l’OBVAJ (Organisme de bassin versant Abitibi-Jamésie) et le CREAT (Conseil régional de l’environnement). Nous allons faire le travail que nous devons faire comme conseil. Il y a 480 personnes à La Motte, on doit travailler en fonction de ces 480 personnes-là. On doit s’assurer que les citoyens en retirent le plus possible de ce projet», a insisté M. Richard.

Le conseil municipal a aussi mandaté, le 10 septembre, la firme Akifer, de Québec, pour valider la méthode utilisée et les conclusions de l’étude hydrogéologique réalisée par Richelieu Hydrogéologie pour le compte de Sayona Québec dans le cadre du projet Authier Lithium. Le maire sortant s’y était engagé en août.

«La firme est payée par la minière, mais c’est nous qui l’avons choisie et lui avons donné le mandat. On ne croit juste pas que ce soit à la population de La Motte de payer pour ça. Akifer doit produire son rapport d’ici six à huit semaines», a précisé Réjean Richard.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média