Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

12 Septembre 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Du rêve à la réalité pour La Calvette de Landrienne

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

COMMERCIAL. Finaliste provinciale du concours Marchand de rêves organisé par Le Citoyen, La Calvette de Landrienne a inauguré le 6 septembre le fruit de son projet qui consistait à redonner fière allure à la devanture du commerce.

Les propriétaires Marie-Ève Coulombe et Dominic Goulet avaient remporté le volet régional du concours en 2015, ce qui leur avait valu une bourse de 1000 $. Ils avaient alors partagé celle-ci avec les quatre autres finalistes.

«On a réalisé que les autres finalistes avaient tous des projets très humains, certains en lien avec la maladie d’un proche, alors qu’on trouvait le nôtre plus matériel et entrepreneur. On a alors décidé de partager avec tout le monde», a rappelé Dominic Goulet.

Touché par cette générosité, Steve Nevins, de Location Lou-Tec 3M de Val-d’Or, avait alors offert 500 $ au couple, qui l’a réinvestie dans la location d’équipements pour réaliser le projet. S’ajoutait aussi la somme de 1000 $ remportée à titre de finaliste provincial de Marchand de rêves.

La Calvette nouvelle

©gracieuseté

La nouvelle devanture présente une toute autre allure, avec sa façade boomtown, le bois et les décorations qui évoquent le magasin général d’époque.

La Calvette ancienne

©gracieuseté

L’ancienne devanture de La Calvette datait des débuts de l’ancienne coopérative, à la fin des années 1960.

Un partenaire de rêve

Quelques semaines plus tard, les propriétaires de La Calvette ont trouvé un partenaire de rêve en Jean-Pierre Lapointe, de Lapointe Construction. «On jasait autour d’une bière et il s’est offert pour nous aider à réaliser le projet. Et franchement, sans lui, on n’aurait jamais pu le réaliser», a reconnu Dominic Goulet.

Jean-Pierre Lapointe a d’ailleurs eu toute une surprise lors de l’inauguration. Les propriétaires de La Calvette ont dévoilé une plaque le remerciant, en plus de baptiser la terrasse aménagée à même la devanture: La terrasse à Lapointe Construction.

«La terrasse n’était même pas prévue au départ. Pendant les travaux, JP a vu qu’on pourrait facilement ajouter un toit et des poteaux, puis faire une terrasse. Ça s’intègre très bien avec le casse-croûte qu’on a ajouté au magasin il y a quelques années», a confié Dominic Goulet.

Magasin général d’époque

Les travaux ont donc débuté au printemps de 2016. L’idée de départ était de rafraîchir la devanture du commerce qui datait de la fin des années 1960 et de la mettre à l’image d’un véritable magasin général d’époque, inspirée de la décoration intérieure.

«Ce qu’on voulait surtout, c’était une devanture en bois, parce qu’on aime le bois. Le bois des tables, de la structure et des poteaux vient d’arbres qu’on a bûchés sur notre terre et qu’on a ensuite sciés avec notre moulin», a raconté le copropriétaire de La Calvette.

Une influence sur l’achalandage

Un investissement qui s’est rapidement traduit par de nombreux commentaires positifs et une hausse de l’achalandage. La Calvette est en croissance constante, avec le développement de nouveaux produits, dont le casse-croûte qui exporte ses produits dans différents commerces d’Amos.

«Depuis qu’on a acheté le magasin en 2009, on est passés de trois employés à une vingtaine aujourd’hui. Et ce sont eux qui font la grande force de La Calvette», a conclu Dominic Goulet.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média