Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

13 Septembre 2018

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Bientôt des lémurs et des wallabys à Val-d'Or?

Le Domaine des trois vents attend le feu vert de Québec

Adrienne Quesnel

©Sophie Rouillard

Adrienne Quesnel est la passionnée des animaux derrière le Domaine des trois vents à Val-d’Or.

La fermette touristique le Domaine des trois vents pourrait bien accueillir ses premiers pensionnaires exotiques cette année, après deux ans de combats à coups de formulaires auprès du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP).

Adrienne Quesnel, la passionnée des animaux aux commandes du Domaine, doit présentement attendre la réponse du gouvernement provincial qui décidera si des animaux exotiques seront admis ou non sur les terres de la mini-fermette touristique. «Ça fait deux ans que je remplis sans cesse des formulaires de tous genres avec le MFFP, explique Adrienne Quesnel. La version finale, si on veut, a été envoyée au gouvernement et ils ont 90 jours pour me donner leur réponse. On se croise les doigts!» 

En effet, depuis 2016, cette amie des animaux souhaite plus que tout au monde introduire des animaux exotiques pour faire découvrir des espèces des quatre coins du globe aux familles qui viennent en masse durant l’été pour découvrir les animaux du Domaine des trois vents. «Il n’y a pas de zoos dans la région, alors les jeunes n’ont pas d’occasions de voir des animaux exotiques, estime Mme Quesnel. J’ai beaucoup de classes et de terrains de jeux qui viennent durant la période estivale.» 

Dains

©Gracieuseté

Pas moins de 140 animaux de tous genres sont sous la garde d’Adrienne Quesnel au Domaine des trois vents.

Des animaux doux 

C’est lors d’une visite dans un zoo qu’Adrienne Quesnel est tombée sous le charme des kangourous. «Je suis entré dans leur enclos avec le propriétaire du zoo et ils sont venus nous sentir calmement. Ils n’avaient aucune agressivité», raconte-t-elle. 

Pour Mme Quesnel, il était primordial que les animaux exotiques choisis puissent être suffisamment dociles et doux avec les humains. «Au Domaine, j’aime beaucoup pouvoir mettre les visiteurs en contact avec les animaux et leur permettre de les toucher, indique-t-elle. Évidemment, on oublie donc tout ce qui est carnivore ou dangereux pour l’homme comme des lions ou même des singes.» 

Le choix des wallabys, qui pourraient être décrits comme des formats miniatures de kangourous, était alors logiques pour Adrienne Quesnel. «Au Domaine, on tourne autour de la thématique des animaux miniatures, souligne-t-elle. Les wallabys étaient donc parfait pour introduire les marsupiaux.» 

Finalement, des lémurs pourraient bien se joindre à la fête. «Ce sont des animaux délicats et dociles, précise la propriétaire du Domaine des trois vents. Je ne pouvais pas avoir de macaques japonais, par exemple, qui sont des singes très agressifs. Les lémurs, bien au contraire, sont très gentils avec l’homme.» 

Préparations 

En attendant d’avoir des nouvelles du gouvernement provincial, Adrienne Quesnel prépare déjà les enclos qui accueilleront peut-être ses nouveaux pensionnaires. «Je veux être prête. Si jamais le gouvernement refuse, et bien, je n’aurai qu’à installer autre chose dans ces enclos! Ce ne sera pas perdu», lance-t-elle. 

La Ville de Val-d’Or et la MRC de la Vallée-de-l’Or ont pour leur part appuyé le projet d’Adrienne Quesnel. «Ce sera un projet unique dans la région et chaque fois que j’ai vu les animaux du Domaine, ils me semblaient tous en parfaite santé et bien traités, bien que je n'ai pas la prétention de me considérer comme vétérinaire», lance le maire de Val-d’Or, Pierre Corbeil. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média