Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales

Retour

15 Septembre 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Veilleux s’engage fermement pour l’urgence d’Amos

S’il ne livre pas, il ne sera pas de la prochaine élection

Veilleux s’engage fermement pour l’urgence d’Amos

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette et le candidat libéral dans Abitibi-Ouest Martin Veilleux.

ÉLECTIONS. Martin Veilleux s’est engagé fermement à réaliser la réfection de l’urgence d’Amos dans un premier mandat sous un gouvernement libéral, sans quoi il ne solliciterait pas un second mandat dans Abitibi-Ouest.

Le candidat libéral a annoncé ce premier engagement électoral samedi matin, devant l’hôpital d’Amos et en compagnie du ministre de la Santé sortant, Gaétan Barrette.

«C’est un projet qui est majeur pour nous dans l’offre de services. L’urgence c’est souvent la porte d’entrée pour notre population, pour nos enfants, pour nos aînés, pour tout le monde. On connaît la qualité des soins que l’hôpital d’Amos donne. On est reconnus pour ça, et c’est un morceau qui était à refaire, qui est vraiment dû, comme on dit en bon québécois», a d’abord souligné Martin Veilleux, qui a reçu la visite d’un second ministre en trois jours.

Il est ensuite allé plus loin, pour démontrer le sérieux de son engagement, en mettant littéralement sa tête sur le billot. «Je prends l’engagement devant mes concitoyennes et concitoyens de le livrer dans le prochain mandat, sinon je ne serai pas candidat à la prochaine élection. C’est une façon pour moi de démontrer mon sérieux, dans ma volonté d’être député d’Abitibi-Ouest, Ça fait partie de ma marque de commerce, je ne fais pas les choses comme les autres et je tiens absolument à ce que ce projet-là se fasse», a-t-il affirmé.

Raisonnable selon Barrette

Le ministre Gaétan Barrette est venu offrir son appui au candidat Martin Veilleux, mais aussi lui servir de caution face à cet engagement audacieux.

«Quand Martin m’a proposé ça… est-ce que ç’a de l’allure? La réponse pour moi était oui, parce que l’hôpital en a besoin. C’est clair que c’est justifié. Et c’est tout aussi clair que c’est faisable dans le prochain mandat. En tant que ministre de la Santé sortant, aujourd’hui je suis candidat, mais avec mon expérience, je peux dire que c’est sûr que Martin est capable de réaliser cet engagement et en ce qui me concerne, c’est sûr qu’il sera réalisé», a-t-il déclaré.

Depuis une dizaine d’années

Le projet d’agrandir et rénover l’urgence de l’hôpital d’Amos est à l’étude depuis une dizaine d’années. Le besoin avait été reconnu par la direction nationale des urgences en 2008. Il fut question en 2011 de l’agrandir de 35 000 pieds carrés au coût de 35 M $.

Le projet a été mis en veilleuse et a refait surface au cours de la dernière année. Le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue planche sur un projet plus modeste de 10 M $ visant à faire passer la superficie actuelle de 4725 à 19 800 pieds carrés. En plus d’offrir plus d’espace et de moderniser les installations, il permettrait notamment de passer de 7 à 11 civières.

 

Pas fermé à une IRM fixe à Amos

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette n’a pas changé d’idée concernant le renouvellement prochain de l’appareil mobile d’imagerie à résonance magnétique (IRM) au détriment d’un appareil fixe à Amos. Il a néanmoins précisé sa position pour Amos. «Je n’ai jamais fermé la porte complètement. Mais aujourd’hui, dans les circonstances actuelles, ce n’est pas une option. Peut-être que ça changera dans l’avenir», a-t-il indiqué.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média