Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales

Retour

19 septembre 2018

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Décentralisation et esker au cœur du débat à Amos

Débat Amos candidats

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Les candidats Martin Veilleux et Sylvain Vachon ainsi que les candidates Suzanne Blais et Rose Marquis ont pris part au débat.

ÉLECTIONS. Décentralisation, réforme de la santé et protection de l’esker ont été au cœur des échanges lors du débat des candidats d’Abitibi-Ouest à l’élection du 1er octobre, présenté le 18 septembre, à Amos.

D’une durée de 2h30, l’événement organisé par la Chambre de commerce et d’industrie du Centre-Abitibi et coanimé par François Munger et Pier-Anthony Breton s’est déroulé dans le respect, loin de toute cacophonie.

Il a permis à environ 150 personnes, en plus de ceux qui suivaient la webdiffusion de MédiAT, de prendre connaissance des principales positions des candidats Suzanne Blais (Coalition avenir Québec), Rose Marquis (Québec solidaire), Sylvain Vachon (Parti québécois) et Martin Veilleux (Parti libéral) sur sept enjeux.

Décentralisation et régionalisation

Les adversaires de Martin Veilleux souhaitent renverser l’élan de centralisation mis de l’avant par les libéraux depuis 4 ans. Sylvain Vachon a parlé de régionalisation de l’immigration, d’un cran d’arrêt pour toute centralisation et d’une enveloppe de 83 M $ sur quatre ans dont la gestion sera confiée aux régions. «On coupe le cordon, c’est vous qui décidez», a-t-il affirmé.

Suzanne Blais a rappelé que la CAQ veut donner plus de pouvoir et d’autonomie aux régions, en plus de vouloir ramener les conseils d’administration dans les hôpitaux. Elle a toutefois eu plus de mal à défendre l’abolition des élections scolaires, alors que ses trois adversaires ont défendu ce modèle de gouvernance. Ses positions n’étaient pas toujours claires. Plus tard, elle a offert de défendre la position des commissions scolaires à Québec.

Rose Marquis a rappelé la volonté de QS de «redonner à la société civile sa place», notamment au conseil d’administration du CISSS, sans pour autant chambarder la structure mise en place par les libéraux. Elle a aussi ramené la position de son parti pour la gratuité de l’éducation, du CPE au doctorat. «Notre cadre financier le permet, on va aller chercher l’argent où il y en a», a-t-elle insisté.

Martin Veilleux a défendu le modèle actuel, rappelant que le gouvernement avait voulu confier les fonds à des élus imputables, notamment dans les MRC. «Je veux donner la chance au coureur dans ce dossier», a-t-il affirmé. En éducation, il a défendu l’idée de financer les commissions scolaires selon des plans de cinq ans pour stabiliser leur financement. Il a un peu surpris tout le monde en avouant ne pas être au courant de la centralisation des analyses en laboratoire dans le milieu de la santé (Optilab). Mais il a promis de s’y attarder.

Protection de l’esker

Si l’environnement est peu abordé sur la scène provinciale, il en a été beaucoup question avec le dossier de la protection de l’esker Saint-Mathieu-Berry. Martin Veilleux s’est carrément positionné contre le projet Authier Lithium de Sayona Québec. Il s’est aussi engagé à développer un pôle d’expertise en acquisition de connaissances et de gouvernance de l’eau souterraine. Selon lui, la Société de l’eau souterraine (SESAT) doit être financée comme les organismes de bassin versant.

Tous les autres candidats estiment que le projet Authier Lithium à La Motte doit être soumis au BAPE. Ils ont aussi insisté sur l’importance de protéger l’esker et de mieux financer la SESAT, dont l’expertise a été soulignée.

Sur la question des redevances sur l’eau, Sylvain Vachon s’est engagé à les multiplier par 14 pour l’embouteillage. Martin Veilleux s’est quant à lui montré plus prudent. «Je suis d’accord qu’il faut revoir ça, mais il faut faire attention, les redevances sur l’eau affectent aussi plusieurs autres industries, dont notre usine de papier journal», a-t-il fait valoir.

Suzanne Blais se dit prête et motivée

Dans un communiqué émis 24 heures après le débat, la candidate caquiste Suzanne Blais affirme ressortir grandie de sa première expérience de débat politique. «J’ai aimé mon expérience et l’ai trouvée enrichissante, même si la soirée a été parfois difficile. Le débat d’hier était ma première expérience de la sorte et je suis d’avis que dans la vie, chaque expérience est une occasion d’apprendre. Je sais que j’ai l’étoffe et la détermination pour devenir députée et que je saurai bien défendre les intérêts des gens d’Abitibi-Ouest», affirme-t-elle.

La liste des candidats dans Abitibi-Ouest

 

Suzanne Blais
Coalition avenir Québec

Yan-Dominic Couture
Parti vert du Québec

Éric Lacroix
Parti conservateur du Québec

Stéphane Lévesque
Citoyens au pouvoir du Québec

Rose Marquis
Québec solidaire

Maxim Sylvestre
Indépendant

Sylvain Vachon
Parti québécois

Martin Veilleux
Parti libéral du Québec

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média