Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales

Retour

21 septembre 2018

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Dans l’autobus avec Philippe Couillard

Philippe Couillard à Rouyn-Noranda

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Thierry de Noncourt - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Philippe Couillard était en campagne électorale en Abitibi-Témiscamingue les 18 et 19 septembre.

Lors d’un déplacement en autobus à Rouyn-Noranda, le 19 septembre, le premier ministre sortant, Philippe Couillard, a accepté de répondre à nos questions à l’occasion d’une entrevue exclusive.

Ce n’était malheureusement pas dans l’autobus de campagne, qui ne s’est pas déplacé jusqu’en Abitibi-Témiscamingue, mais dans un minibus d’Autobus Maheux que s’est confié M. Couillard. La table était mise pour qu’il parle de l’enjeu du transport collectif interurbain, qui est en péril en région. 

«Ce genre de navettes intermunicipales va être soutenu. Quand on parle de la gratuité pour les étudiants à temps plein et les personnes de 65 ans et plus, ça inclut les navettes intermunicipales», a-t-il assuré, sans pouvoir chiffrer cette promesse. 

Décentralisation 

Après avoir aboli la Conférence régionale des élus (CRÉ) et avoir fermé la direction régionale du ministère de l’Éducation, du Loisir et des Sports, le Parti libéral du Québec propose maintenant de décentraliser certaines direction ministérielles, celle des Mines en Abitibi-Témiscamingue, entre autres. «Ce sont deux philosophies différentes. Ce sont des structures administratives assez importantes. Nous avons donc diminué les budgets de fonctionnement, mais pas les budgets de développement économique. Chaque région peut avoir son propre modèle», a soutenu M. Couillard. 

Découverture médicale 

À propos des découvertures médicales, qui ont attiré l’attention au cours des derniers mois, le premier ministre sortant a fait valoir que les structures seraient dorénavant beaucoup plus simples. «Aucun parti politique ne désire revenir en arrière. Ce que l’on a maintenant comme outil de plus, c’est le résultat de l’entente avec les médecins, où ils garantissent la couverture des hôpitaux de région, par exemple celui de Ville-Marie, dont ils vont garantir la couverture en anesthésie», a-t-il signalé. 

La route 117 

Philippe Couillard a discuté de l’amélioration de la sécurité de la route 117. «Il y a environ 100 M $ investis chaque année dans les routes de la région. Si c’est une priorité pour l’Abitibi-Témiscamingue, on va la suivre», a-t-il déclaré. 

Le lithium et la qualité de l’eau 

En lien avec le projet de mine de lithium que Sayona veut développer à La Motte, M. Couillard s’est également dit en faveur du développement économique, mais aussi de la protection de l’environnement et de la qualité de l’eau. «Autant la ministre de l’Environnement que moi sommes en faveur de la tenue d’une consultation avec le BAPE, mais la compagnie n’a pas encore déposé son projet», est intervenu Luc Blanchette, député sortant et candidat libéral dans Rouyn-Noranda-Témiscamingue. 

Des solutions à la crise de la main-d’œuvre 

Pour répondre à la crise de la main-d’œuvre, Philippe Couillard propose un plan en quatre points: réduire le nombre d’étudiants requis pour offrir des programmes de formation professionnelle, favoriser l’intégration des gens des Premières Nations en milieu de travail, l’automatisation et l’immigration. Il a aussi suggéré de permettre à des personnes âgées de réintégrer le marché du travail à temps partiel sans pénalité financière. 

Chasse et milieux humides 

Philippe Couillard s’est montré sensible à l’enjeu de la nouvelle réglementation sur la protection des milieux humides, décriée de toutes part en région. «On a mis beaucoup d’attention pour protéger l’environnement, mais je suis conscient de la particularité de l’Abitibi-Témiscamingue. Le règlement initial a été retiré, il y a eu une nouvelle version et ce que je suggère, c’est de lui donner la chance d’être appliqué. S’il y a des problèmes on va les corriger», a-t-il lancé. 

Celui qui est d’abord député de Roberval, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, s’est aussi montré sensible aux revendications des chasseurs, qui demandent que la réglementation sur les abris sommaires soit adaptée aux réalités d’aujourd’hui. «Nous sommes prêts à regarder tout ce qui peut améliorer la flexibilité. Ces camps sont utilisés par de plus grands groupes, des familles. Il y a aussi l’enjeu des installations sanitaires. Nous sommes au courant », a-t-il indiqué. 

Encore loin d’un centre multisport 

Au sujet de la construction d’un centre multisport de 40 M $ à Rouyn-Noranda, le premier ministre sortant a laissé entendre qu’il serait préférable que ce soit une priorité régionale. 

«C’est trop pour le programme d’infrastructures sportives normales. Il faut le mettre dans le programme d’infrastructures générales. C’est le genre de programme qu’on va soutenir si c’est un consensus régional. Souvent, ce qui arrive en région, c’est que chaque endroit à son projet», a-t-il reconnu. 

Taux de suicide 

Avec 23 personnes sur 100 000 (35,7 chez les hommes) qui mettent volontairement fin à leurs jours contre 18,2 pour l’ensemble du Québec, l’Abitibi-Témiscamingue détient le triste record du taux de suicide le plus élevé. 

«Le taux de suicide demeure malheureusement très élevé parmi les Premières Nations. Vous en avez une grande population en région, alors ça a certainement un impact. Ça montre qu’il faut continuer à déployer des services en santé mentale. On a un plan en ce sens avec des budgets. On veut offrir des services de psychothérapie et des psychologues dans les services publics. Ça va nous aider beaucoup. La prévention demeure la meilleure façon d’agir» ,a-t-il fait observer M. Couillard.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média