Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales

Retour

24 septembre 2018

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Élizabeth Larouche: «Je sens une ferveur sur le terrain»

Élizabeth Larouche

©Photo L'Éclat/Le Citoyen - Dominic Chamberland

C’est devant une affiche encourageant la persévérance scolaire que la candidate péquiste Élizabeth Larouche a annoncé une série d’engagements en éducation, lundi matin.

À l’aube d’accueillir son chef Jean-François Lisée dans la région, Élizabeth Larouche croit toujours, au-delà des sondages, en ses chances de redevenir députée d’Abitibi-Est aux élections provinciales du 1er octobre.

Si rien ne change, le leader péquiste sera à Val-d’Or mardi midi et à Rouyn-Noranda mardi soir. «Je sens une ferveur sur le terrain, a affirmé la candidate du Parti québécois.

«Nous sommes le parti des régions, notre chef est à l’écoute des gens, on est en faveur de l’occupation du territoire et nous avons plusieurs mesures à proposer, notamment en santé, pour les familles et en éducation», a ajouté Mme Larouche.

Engagements en éducation

Élizabeth Larouche a justement annoncé une panoplie d’engagements en éducation, lundi matin en point de presse, visant à augmenter le taux de diplomation au secondaire (qui serait de 70% dans le comté) et pour palier, entre autres, au manque de personnel en petite enfance et en services infirmiers.

Parmi ces engagement, citons la reconnaissance du leadership politique de la Commission scolaire de l’Or-et-des-Bois comme gouvernement local, l’adoption d’un projet de loi établissant un bouclier de protection budgétaire pour les services à l’éducation, l’instauration d’un seuil garanti de services professionnels directs aux élèves, l’appui pour la formation de sages-femmes et d’infirmières-auxiliaires, ainsi «qu’un appui indéfectible» à l’Équipe Vallée-de-l’Or et à la Corporation Victoire de Malartic (sur la persévérance scolaire et la valorisation de la diplomation).

«On n’abolira pas les commissions scolaires car nous estimons important d’avoir un gouvernement de proximité qui connait bien les besoins des élèves et nous voulons faire adopter une loi interdisant de faire des coupures en éducation, a signalé Mme Larouche. Le taux de décrochage scolaire est passé de 21% en 2011 et à 15,2% en 2016 et il faut poursuivre dans cette lignée; nous ferons en sorte que les jeunes restent sur les bancs d’école pour leur permettre d’obtenir des emplois de qualité», a-t-elle soutenu.

Mme Larouche a aussi rappelé son engagement et celui du PQ de déployer de nouvelles places en CPE, ceci accompagné de services éducatifs dispensés par des éducatrices formées en petite enfance. «La formation commence dès la petite enfance et il y a encore 167 postes disponibles ici», a-t-elle indiqué.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média