Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales

Retour

27 Septembre 2018

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Guy Bourgeois: «Je sens une très bonne réception sur le terrain»

Guy Bourgeois: «Je sens une très bonne réception sur le terrain»

©Photo L'Éclat/Le Citoyen - Dominic Chamberland

Le candidat libéral et député sortant dans Abitibi-Est, Guy Bourgeois.

Guy Bourgeois, candidat du Parti libéral et député sortant dans Abitibi-Est, a bon espoir de conserver son siège à l’Assemblée nationale lors des élections du 1er octobre.

La lutte s’annonce serrée entre lui, le caquiste Pierre Dufour et peut-être la péquiste Élizabeth Larouche, ce qui incite M. Bourgeois à faire intensivement campagne jusqu’à la toute fin. «Tu n’as pas de résultats sans efforts et je sens une très bonne réception sur le terrain, affirme-t-il.

«Mon sondage à moi, c’est quand je rencontre les gens. D’habitude, ce sont les candidats qui courent après les gens, mais là, ce sont les gens qui viennent vers moi; ça doit être bon signe!, mentionne M. Bourgeois. Tout le monde a hâte à lundi et j’ai aimé aller sur le terrain pour échanger avec les gens. Quand on s’implique en politique, c’est pour faire une différence pour notre monde. Et ce qui compte, c’est que les gens soient satisfaits du travail de leur député», raconte-t-il.

Quelques flèches

Guy Bourgeois a profité de son bilan de campagne électorale pour lancer quelques flèches en direction de son adversaire de la CAQ, notamment au sujet de la route 117 et du projet de nouvelle infrastructure pour le Groupe de médecine familiale à Val-d’Or.

«Pierre Dufour a fait de la route 117 un engagement non budgété, tandis que de notre côté, nos engagements sont clairement chiffrés alors qu’on prévoit des investissements de 188 millions $ sur deux ans pour améliorer les routes de la région. Oui, la 117 est un axe important, mais ce n’est pas le seul, a signifié M. Bourgeois, qui demande à ses adversaires de chiffrer leurs promesses, qualifiant celles-ci d’engagement sans consistance.

«Quant au GMF (Groupe de médecine familiale), ce dossier doit être évalué et chiffré, mais rien de ça n’a été fait. Je ne comprends pas d’où il (Pierre Dufour) a pu sortir ce montant de 7 millions $, a renchéri le candidat libéral. Quand ce projet sera bien attaché, Guy Bourgeois va le livrer à la communauté», a-t-il déclaré.

M. Bourgeois a aussi déploré l’engagement de ses rivaux à soutenir la prise en charge de la DPJ par les communautés autochtones, puisque c’est déjà commencé, dit-il. «Je suis ébahi qu’ils semblent ignorer que cette possibilité est présente dans la loi depuis plusieurs années, a-t-il signalé. Ils ignorent aussi que le gouvernement libéral a adopté, l’an dernier, la loi 99 afin d’assurer la préservation de l’identité culturelle des enfants autochtones. Les discussions sont déjà amorcées avec les communautés pour la prise en charge de la DPJ. Le processus avance», a fait valoir Guy Bourgeois.

Réalisations et engagements

M. Bourgeois n’a pas manqué de souligner avoir réalisé tous les engagements qu’il avait pris en 2014, dont l’agrandissement du Centre de formation professionnelle de Val-d’Or (10 M $), le TepScan à l’hôpital de Val-d’Or (6,8 M $) et la bonification des soins de santé pour Malartic/Rivière-Héva, en plus de la construction de nouveaux plateaux sportifs et de 150 logements sociaux. «J’ai livré la marchandise!», a-t-il clamé.

Guy Bourgeois a aussi rappelé ses principaux engagements en vue du prochain mandat, soit le soutien à la Maison de la Source Gabriel (pour financer chaque année l’utilisation des deux nouvelles chambres), un meilleur accès aux résidences pour aînés, favoriser la construction de logements de tous types, faciliter l’accès à la propriété, moderniser les règles encadrant les camps de chasse et la tenue d’un sommet sur le transport régional.

«Si nous sommes capables de prendre ces engagements, c’est parce nous avons une base solide pour le faire. Il serait dommage de devoir reculer et de tout recommencer avec un nouveau gouvernement, a soutenu M. Bourgeois. Nous avons dégagé les marges de manœuvre qui nous permettent d’assurer aux citoyens d’Abitibi-Est une meilleure qualité de vie et de poser des gestes concrets qui faciliteront leur quotidien.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média