Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

13 janvier 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Une impressionnante feuille de route militaire

Le parcours de Patrick Robichaud l’a mené aux quatre coins du monde

AB-RobichaudWashington

©gracieuseté

Le colonel Patrick Robichaud.

Le colonel Patrick Robichaud cumule un long parcours militaire qui l’a amené à prendre part à plusieurs missions bien loin de son Rouyn-Noranda natal et même à se retrouver sur la ligne de feu.

Son aventure militaire débute lorsqu’il s’enrôle en septembre 1991. Il complète sa formation d’officier d’infanterie en août 1992. Il est alors muté au 1er Bataillon du Royal 22e Régiment, où il y occupe les fonctions de commandant de peloton d’infanterie et de commandant adjoint au peloton de reconnaissance. Durant cette période, il est déployé en Croatie sous la bannière des Nations Unies et complète le cours de Ranger américain avec honneurs.

En 1996, Patrick Robichaud est muté dans l’Ouest au 1er bataillon de l’Infanterie légère canadienne de la princesse Patricia (PPCLI), un des trois grands régiments d’infanterie des Forces armées canadiennes. Il occupe alors le poste de commandant de peloton de reconnaissance et participe à deux opérations d’aide aux pouvoirs civils, lors des inondations de 1997 et pendant la tempête de verglas de 1998.

En 1999, M. Robichaud est muté à l’École d’infanterie. Tour à tour, il assume les rôles d’instructeur, d’expert en opérations mécanisées, d’adjoint de compagnie et de capitaine-adjudant. Il quitte l’école en 2003 pour servir aux Quartiers généraux de la Défense nationale à Ottawa, d’abord au sein du bureau du chef d’état-major des opérations et ensuite aux plans de l’armée canadienne. Il en profite pour compléter un Baccalauréat en sciences politiques à l’Université d’Ottawa.

Dans le feu de l’action

En 2006, de retour à Valcartier, il commande la compagnie de parachutistes du 3e Bataillon. Un an plus tard, il est déployé au sein de la Force Opérationnelle 3-07 en Afghanistan, où il commande une compagnie de plus de 180 soldats. Il se retrouve à plusieurs reprises sur la ligne de feu et reçoit la Médaille de service méritoire pour leadership au combat.

Retour à l’école

En 2008, Patrick Robichaud est muté à Ottawa au bureau du Chef d’état-major de la Défense. Un an plus tard, il quitte pour suivre le cours de commandement et d’état-major du Marine Corps University et le programme de la School of Advanced Warfighting (SAW), tout en complétant deux maîtrises en études militaires et en études en planification opérationnelle.

Promu lieutenant-colonel en juin 2011, il est muté au Centre canadien d’entraînement aux manœuvres en tant que chef d’état-major, où il reçoit une mention élogieuse du commandant de l’armée pour son rôle à organiser l’entraînement collectif.

Missions dans le Grand Nord

En juillet 2013, après y être passé 21 ans plus tôt, M. Robichaud prend le commandement du 1er Bataillon du Royal 22e Régiment. Il participe aux opérations Nanook et Nunalivut, des manœuvres qui visent notamment à affirmer la souveraineté du Canada dans ses régions les plus nordiques et à s’exercer à intervenir dans n’importe quelle circonstance dans des conditions arctiques.

En août 2015, Patrick Robichaud est de nouveau muté à Ottawa, cette fois en qualité de gérant de carrière de l’armée. Promu colonel en mai 2017, il dirige l’équipe stratégique de planification opérationnelle sur le recrutement. Trois mois plus tard, il est affecté à son poste actuel à l’ambassade canadienne à Washington.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média