Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

25 janvier 2019

Lucie Charest - lcharest@lexismedia.ca

Registre des armes à feu: les maires réclament un moratoire

Ils veulent consulter eux-mêmes leur population

MRC Témiscamingue

©Gracieuseté - Le Citoyen Val d'Or - Amos

De 25 à 30 opposants au Registre québécois des armes à feu se sont présentés au Conseil de la MRC de Témiscamingue, le 23 janvier.

Pas loin d’une trentaine d’opposants au Registre québécois des armes à feu ont assisté au Conseil de la MRC de Témiscamingue, le 23 janvier, car ce point figurait à l’ordre du jour.

«Ça s’est fait de façon très respectueuse, s’est réjoui Pascal Bibeau, initiateur de la page Facebook ʺTémiscamiennes et Témiscamiens s’opposant au Registreʺ. Le point a été ramené au début de la séance et la période de questions a été transformée en séance plénière pour que chacun puisse s’exprimer. Cette écoute de la part de nos élus a été très appréciée.»

La bonne attitude à adopter

Pour la préfète, Claire Bolduc, c’était la bonne attitude à adopter, car plusieurs municipalités, dont Guigues, Notre-Dame-du-Nord, Belleterre et Fabre, avaient déjà pris position en défaveur du Registre dans sa forme actuelle.

« Parallèlement, nous mènerons nos propres consultations sur le territoire afin d’entendre les préoccupations de tous et toutes, tant du côté des opposants que de ceux qui y sont favorables.» - Claire Bolduc

En plus des contribuables présents dans la salle du conseil, les élus ont été invités à se prononcer tout à tour sur le sujet. «Les municipalités qui ne s’étaient pas encore prononcées mettront ce point à leur ordre du jour à leur prochaine séance, a indiqué Mme Bolduc. Nous avons choisi de demander à Québec un moratoire d’un an sur le Registre afin que toutes les régions concernées puissent s’exprimer sur le sujet. Parallèlement, nous mènerons nos propres consultations sur le territoire afin d’entendre les préoccupations de tous et toutes, tant du côté des opposants que de ceux qui y sont favorables.»

Autre son de cloche

La député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, était présente au Conseil de la MRC lorsque les échanges ont eu lieu. Elle a été très attentive aux préoccupations de ses concitoyens qui s’opposent au Registre. Cependant, elle maintient que la loi a été adoptée et que tout citoyen doit s’y conformer.

«Je salue les amendements proposés par la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, car ils répondent aux irritants qui avaient été soulevés. Moi-même, en tant que chasseuse, j’en étais déjà consciente. Pour ce qui est de l’abolition complète du Registre ou de la tenue de consultations supplémentaires, je crois que le processus démocratique a été respecté et qu’il a conduit à un consensus des quatre partis politiques à l’Assemblée nationale. Les opposants avaient fait connaître leur position au moment des consultations tenues en 2016 et je n’ai pas entendu d’arguments nouveaux depuis.»

Mme Lessard-Therrien affirme avoir invité les opposants à la rencontrer pour discuter de leurs préoccupations, mais qu’elle n’a pas reçu de réponse de leur part.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média