Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

26 janvier 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Un deuxième album solo pour Mathieu Marcotte

Mathieu Marcotte

©gracieuseté – Anthony Dubois

Mathieu Marcotte

MUSIQUE. Dix ans après la parution de Remembering Universe, Mathieu Marcotte a lancé en décembre Door, le deuxième album de son projet solo Humanoid.

Surtout connu dans la sphère du métal extrême en tant que membre fondateur d’Augury, Mathieu Marcotte se permet de visiter des horizons musicaux plus atmosphériques et progressifs avec Humanoid.

«J’ai d’autres idées de composition et j’aime jouer d’autres styles de musique que le métal. J’y joue aussi des claviers et du piano. Je vais toujours avoir Humanoid pour ça. Cet album-ci est plus varié que le premier, qui était surtout axé sur la guitare acoustique. Ce qui prend vraiment une grosse place sur Door, c’est son ton plus sombre et plus ambiant», fait valoir le musicien originaire de Malartic.

Un long processus

Il lui aura fallu huit ans pour composer et enregistrer les 13 pièces instrumentales de Door, tout en travaillant au troisième album d’Augury (paru en 2018), en plus d’enregistrer une vingtaine d’artistes dans son studio.

«Cet album, j’y travaille à temps partiel depuis 2010. Tout a commencé quand Hugues Deslauriers, qui avait réalisé mon premier album, m’a invité à faire des tests dans un studio à Montréal. J’ai improvisé des trucs et c’est là qu’est né le refrain de Mountains», raconte-t-il

Humanoid Door pochette

©gracieuseté

L’illustration de la couverture de l’album est une œuvre de Filip Ivanovic.

«Je sais déjà que le prochain album sera différent, parce que je ne veux pas faire deux fois la même chose» - Mathieu Marcotte  

Différentes directions

Par la suite, Mathieu Marcotte a utilisé, après leurs séances, les installations des groupes qui défilaient dans son studio pour expérimenter et enregistrer des thèmes pour son projet. Ce qui est exactement le processus inverse du premier album, où la structure a été élaborée en un mois et l'album composé en un an.

«L’album a pris différentes directions en cours de route. Je n’ai pas vraiment eu une image globale avant d’arriver à la phase finale. C’était un processus très instinctif, pas trop planifié, auquel chacun des musiciens invités a donné sa couleur», précise-t-il.

Des musiciens invités

Mathieu Marcotte a effectivement mis à contribution les talents de plusieurs musiciens, qui émanent pour la plupart de la scène métal québécoise, mais également un joueur de basson, un violoncelliste et un harmoniciste.

«Chaque musicien apporte sa signature. J’ai cinq bassistes différents. Ce n’était pas planifié comme ça, mais en mixant l’album, j’ai réalisé que c’était intéressant qu’ils apportent chacun leur texture particulière. On y entend aussi un musicien de Rouyn-Noranda, Guillaume Audet, dont j’ai enregistré l’album en 2011. Il joue de la guitare classique sur la première pièce», souligne-t-il.

Sonorités particulières

Certains enregistrements ont été effectués à des endroits spécifiques pour aller chercher des sonorités particulières. Par exemple, des guitares ont été enregistrées à la Maison Beaudry (construite en 1732) avec ses boiseries et de l’orgue à l’église Sainte-Brigitte-de-Kildare à Montréal.

«On avait l’église pendant quatre heures et il a fallu environ deux heures pour tout monter. Finalement, l’orgue n’était pas accordé comme on le voulait, alors tout ce que j’avais prévu ne fonctionnait plus. Mathieu Fiset a donc improvisé pendant plus de deux heures et m’a dit que je pouvais prendre ce que je voulais. J’étais vraiment content. Ça sonnait immense. Ce fut difficile de choisir si peu à travers autant de bon matériel», confie Mathieu Marcotte.

Pas de spectacles

L’album Door d’Humanoid est disponible sur les différents supports numériques depuis le 21 décembre. Il sera bientôt offert en CD et éventuellement, en vinyle.

«C’est un produit entièrement indépendant, alors j’y vais à mon rythme. J’avais fait des spectacles avec le premier album, mais là, c’est devenu plus un projet studio. Il serait assez difficile de reproduire sur scène tout ce qu’il y a sur l’album. Je ne voulais pas m’imposer cette limite», conclut-il.

Humanoid - Door

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média