Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

27 janvier 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

L’Abitibi-Témiscamingue vue par Rémy Mailloux

AB-AT_vue_par_RemyMailloux

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Anne Blondin

Rémy Mailloux, directeur général de la Ressource pour personnes handicapées de l’Abitibi-Témiscamingue, est entouré du personnel de l’organisme.

 À quelques jours du 22e Téléthon de La Ressource pour personnes handicapées de l’Abitibi-Témiscamingue, la rédaction s’est entretenue avec son directeur général, Rémy Mailloux.

Un souvenir qui vous rappelle votre enfance et qui est rattaché à l’Abitibi-Témiscamingue? 

Il y en a plusieurs. Le Tour de l’Abitibi passait devant l’école Victor-Cormier à La Sarre, où je demeurais, et il y avait des gros rassemblements. On y allait pour voir les cyclistes. 

Il y a aussi les tournées des Jeunesses musicales. Nous n’étions pas riches lorsque j’étais jeune, mais nous avions accès, à peu de frais, à ces spectacles. C’était un événement pour moi. C’était de beaux concerts qui m’ont fait découvrir la culture. Je me souviens aussi d’avoir fréquenté le Salon du livre lorsqu’il était de passage à La Sarre. 

Publicité

Défiler pour continuer

À 14 ans, je me rappelle d’avoir participé à mon premier téléthon pour la paralysie cérébrale en région. J’ai eu la chance de rencontrer Diane Tell. Ça, ça m’a marqué parce qu’elle était au sommet de sa carrière au Québec à ce moment-là. 

Quelque chose ou un moment que vous aimeriez revivre en Abitibi-Témiscamingue? 

C’est l’élan de solidarité qu’il y a eu lorsque nous avons choisi de créer notre organisme régional, La Ressource, pour maintenir les fonds dans la région. Il y a eu beaucoup de mobilisation de la part des élus municipaux, des directeurs des CLSC, etc. Les gens ont démontré qu’ils avaient confiance en nous et en notre capacité d’aider les gens de la région. À cette époque, nous avions 388 membres. Aujourd’hui, nous en comptons près de 2000.

«Ensemble, on peut faire de belles grandes choses. Avec de l’ouverture, on peut aller loin» - Rémy Mailloux 

Un personnage marquant de l’Abitibi-Témiscamingue? 

Je pense à Jean Perron et François Gendron. Ce sont des gens qui ont servi de modèle par leurs convictions, par leur travail et ce qu’ils ont voulu créer dans leur environnement. 

François a marqué les années et les époques. Nous avons travaillé ensemble pour développer les services de l’Abitibi-Ouest et d’Amos. Il nous a également aidés dans plusieurs dossiers régionaux. 

M. Perron a été président d’honneur provincial pour les téléthons de la paralysie cérébrale. Il a été le premier président d’honneur qui venait des régions. Ç’a été un homme qui m’a marqué aussi. 

Un endroit favori en Abitibi-Témiscamingue? 

La Bannik pour le lac, ses chalets et son emplacement au Témiscamingue. J’ai eu un coup de cœur pour cet endroit. 

Qu’est-ce qui fait la réputation de la région au niveau du tourisme? 

C’est l’accueil chaleureux des gens de la région. On accueille les gens comme s’ils faisaient partie de la famille. On a tellement de belles choses à montrer! Il faut être fier de notre région et ne pas se gêner pour le dire. J’ai offert à plusieurs personnes des livres sur la région comme ceux de Mathieu Dupuis. Ça reflète les beautés de chez nous. J’ai aussi montré des photos de la passerelle Ulrick-Chérubin à Amos à des gens du conseil d’administration de l’Office des personnes handicapées du Québec et ils n’en revenaient pas à quel point c’est beau. Quand tu es dans la région et que tu t’ennuies, je ne comprends pas cela. Il y a tellement d’activités diverses, de festivals! 

L’artiste que vous appréciez le plus de la région? 

Sans aucun doute, c’est Richard Desjardins. Pour l’ensemble de son œuvre, pour ce qu’il est et par son franc-parler. C’est un homme qui est vrai. J’ai un gros coup de cœur pour lui. 

Quel est le secret le mieux gardé de l’Abitibi-Témiscamingue? 

Les beautés de la nature, les paysages avec leurs différents reliefs et la tranquillité de la nature. J’ai toujours été un gars de ville. J’ai déménagé en campagne il y a trois ans et j’adore ça. J’ai réalisé que j’avais besoin d’aller me ressourcer dans la nature. 

Quel est le principal défi que la région doit relever? 

Chaque ville et village doit trouver son trésor. Je crois que les villes et les municipalités devraient mieux s’entendre. Elles devraient se réunir afin de développer des projets qui aideraient l’ensemble de la population de la région et moins être en compétition entre elles. La région doit former un tout. 

Si une ville n’obtient pas un service, mais que sa voisine l’a, elle devrait être fière et en faire la promotion. Il faut aussi qu’elles soient ouvertes à partager leurs bons coups pour faire profiter les autres de leur expertise. Ensemble, on peut faire de belles grandes choses. Avec de l’ouverture, on peut aller loin. 

Quel avenir entrevoyez-vous pour l’Abitibi-Témiscamingue? 

Je le vois grand. Avec la pénurie de main-d’œuvre, on doit ramener le monde dans notre région. Il faut aussi miser sur nos développeurs qui se trouvent aux quatre coins de la région. Si on pouvait unir toutes ces forces, on pourrait développer les infrastructures des routes, de loisirs, les services, l’accès universel pour les gens ayant des handicaps, etc. Il faut que tous se parlent et mettent l’épaule à la roue. Ce n’est pas un seul homme ou une seule femme qui va faire la différence, c’est la collectivité qui doit se prendre en main.

Qu’est-ce que La Ressource? 

La Ressource vient en aide aux personnes ayant différents handicaps pour améliorer leur qualité de vie. Cela peut se faire par le biais d’équipements spécialisés, de fournitures médicales, d’adaptation de domicile, de répit ou de gardiennage, de bourses d’études, etc. Tout cela est fait en complémentarité avec les services gouvernementaux qui existent. Quelque 1500 bénévoles permettent ainsi d’aider les gens tout au cours de l’année. Le Téléthon de La Ressource, qui est la principale activité de financement de l’organisme, a lieu le 27 janvier de 16h à 22h sur les ondes de V-Télé Abitibi-Témiscamingue.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média