Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

07 février 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Lac-Simon: de la récupération électronique comme réinsertion sociale

Marie Boisvert, de Développement économique Canada, Pamela Papatie, vice-cheffe du conseil de bande de Lac-Simon, et Martin Adam, directeur du Centre d’éducation des adultes de Lac-Simon, ont présenté l’affiche des Ateliers Kevin John Papatie.

On ne manque pas de projets et d’imagination à Lac-Simon pour mettre ou remettre du monde sur le bon chemin.

Le Centre régional d’éducation des adultes (CRÉA) Kitci Amik de l’endroit vient en effet de lancer un projet de récupération de matériel électronique visant à favoriser la réinsertion sociale et l’intégration au marché du travail pour des gens de la réserve anishnabe.

Baptisé Kackitimadizin («Je réussis» en langue algonquine), ce projet évalué à plus de 620 000 $ a pu voir le jour grâce à l’implication de plusieurs partenaires, dont une subvention de 237 450 $ de Développement économique Canada (DEC).

«C’est de l’espoir pour des jeunes autochtones, a lancé Serge Demers, du CRÉA Kitci Amik. Cette nouvelle initiative s’adresse particulièrement aux élèves éloignés de l’emploi, qui auront la possibilité de se réaliser par le marché du travail. On connaît la recette; il faut se donner du temps. Cette énergie va donner des résultats dans le futur», a-t-il ajouté.

«Notre organisation favorise les projets pouvant contribuer à la croissance économique. On salue le savoir-faire et la détermination des artisans de ce projet», a renchéri Marie Boisvert, de DEC.

Un atelier de démontage

Pour Martin Adam, directeur du CRÉA de Lac-Simon, Kackitimadizin s’inscrit dans la lignée des projets développés par l’organisme au cours des sept dernières années, notamment la garderie, les voyages éducatifs ou les cours offerts par le Cégep et l’UQAT.

«Ce sera un atelier de démontage de matériel électronique – comme des ordinateurs, des télévisions et des systèmes de son – où on va récupérer les pièces qui ont une valeur monétaire. Il y aura de la place pour neuf personnes à la fois», a indiqué M. Adam.

Ce projet se divisera en quatre volets: l’accompagnement pour personnes handicapées, l’intégration de gens plus éloignés du marché du travail (pour faciliter leur employabilité), la formation d’un métier semi-spécialisé en récupération de matériel électronique et le développement de futurs gestionnaires d’entreprise.

«Le matériel va provenir d’Eldorado et de différentes entreprises de Val-d’Or et de Lac-Simon, a signalé Martin Adam. Le but n’est pas de faire des profits, mais bien d’aider des gens à gagner un salaire et à vivre une expérience de travail.»

Hommage à Kevin John Papatie

Question de perpétuer la mémoire d’un homme qui avait un bel impact à Lac-Simon, l’endroit où on fera la récupération et le démontage du matériel électronique sera baptisé «Les Ateliers KJP» en hommage à Kevin John Papatie, décédé dans un accident de la route l’automne dernier. M. Papatie était le membre du conseil de bande en charge de l’éducation et il travaillait justement sur ce projet.

«Comme Kevin John, qui a été mon mentor en politique, je crois à la jeunesse et à l’amélioration de la vie communautaire à Lac-Simon, a mentionné la vice-cheffe du conseil de bande, Pamela Papatie, avec émotion. Pour avoir pris la relève de Kevin John en éducation, je peux dire qu’il a mis la barre très haute! C’est un beau projet qui sera d’une grande aide et qui donnera à des gens une raison d’aller au travail le matin», a-t-elle fait valoir.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média