Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

08 février 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Déjà plus de 525 000 $ amassés pour la Fondation Docteur-Jacques-Paradis

Fondation Dr Jacques Paradis

©Photo L'Éclat / Le Citoyen – Marc-André Gemme

En 32 ans d’existence, la Fondation Docteur-Jacques-Paradis a remis plus de 4,7 M $ pour améliorer les soins de santé en Abitibi-Ouest. La campagne actuelle est parrainée par la Dre Sylvie Watelle et l’entrepreneur Éric Audet (les deux personnes à gauche). Ils sont accompagnés des membres du conseil d’administration de la Fondation.

La campagne de financement de la Fondation Docteur-Jacques-Paradis se termine à la fin de l’année 2019. Alors que l’objectif pour les trois années de la campagne est de 750 000 $, la Fondation a déjà amassé une somme de 525 000 $.

«L’objectif principal de cette campagne consiste à amasser une somme de 750 000 $ afin de financer l’achat d’un troisième scanneur pour l’établissement de La Sarre», a expliqué la directrice générale de la Fondation, Caroline Gamache. 

Le second objectif de la campagne est de contribuer à l’achat de différents équipements pour les neuf points de services du CISSSAT situés sur le territoire de l’Abitibi-Ouest. 

Moderniser les CLSC 

Publicité

Défiler pour continuer

L’Abitibi-Ouest compte neuf CSLC. Les équipements de ces centres sont, dans bien des cas, désuets. Ainsi, la campagne de financement de la Fondation aidera à moderniser ces centres. 

«On parle quand même de 93 000 interventions auprès de plus de 10 500 usagers de l’Abitibi-Ouest chaque année, a indiqué Caroline Gamache. C’est donc un service de proximité important pour les municipalités.» 

L’argent recueilli servira à acheter de nouvelles tables d’examen, des lampes, des pousse-seringues, des pèse-personnes, etc. 

Le scanneur 

Communément appelé scanneur, le tomodensitomètre sert principalement à capter des images détaillées d’organes, de tissus, d’os, etc. 

«Le premier scanneur a été acheté au début des années 2000, a relaté Caroline Gamache. La Fondation avait aidé à l’époque à financer l’appareil grâce à une campagne de financement similaire.» 

Le problème avec ce genre d’équipement, c’est qu’il a une espérance de vie de seulement une dizaine d’années. Le scanneur actuel arrivera à la fin de sa vie utile en 2020. 

Le prix d’un tel appareil se chiffre dans les millions de dollars. L’argent récolté par la Fondation ne permettra pas à lui seul de couvrir l’achat du scanneur, mais réduira l’ampleur de la facture que le CISSSAT devra payer. 

Événements à venir 

Bien qu’il reste encore plusieurs mois à la campagne, la Fondation doit quand même mettre les bouchées doubles pour arriver à amasser les 225 000 $ manquants pour atteindre son objectif. Pour y arriver, elle compte organiser quelques événements majeurs. 

«On va organiser de belles activités, mais on tient également à relancer la population et les entreprises de la région afin qu’elles nous aident», a affirmé Caroline Gamache. 

Le 27 avril, la Fondation organisera ainsi un souper gastronomique à la Polyno de La Sarre. Le souper sera accompagné d’une conférence donnée par Pierre Bruneau, chef d’antenne du TVA Nouvelles de 18h. 

«On a choisi M. Bruneau parce que pratiquement tout le monde sait de qui il s’agit, mais également parce qu’il connaît l’importance d’une fondation, ayant lui-même mis sur pied une telle structure en mémoire de son fils, qui est décédé d’un cancer», a indiqué Mme Gamache. 

Sa conférence aura pour but de renforcir le sentiment d’appartenance des gens et de démontrer l’importance et l’impact qu’une fondation peut avoir sur les soins de santé d’une région.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média