Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Environnement

Retour

15 février 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Gazoduq: des citoyens échangent sur les enjeux à Amos

Gazoduq Turgeon Nantel

©gracieuseté

Rodrigue Turgeon, Me Sébastien Brodeur-Girard et Marc Nantel lors de l’assemblée populaire du 13 février, au Vieux-Palais d’Amos.

ENVIRONNEMENT. Une première assemblée populaire, tenue le 13 février à Amos, a permis à une trentaine de citoyens d’échanger et discuter sur les enjeux entourant le projet de Gazoduq en amont des premières consultations publiques du promoteur.

Gazoduq souhaite construire une conduite souterraine de gaz naturel de plus de 750 km reliant le nord-est de l’Ontario au Saguenay-Lac-Saint-Jean en passant par l’Abitibi-Témiscamingue et la Haute-Mauricie. Le promoteur tiendra ses premières consultations publiques ce week-end.

L’assemblée populaire était animée par quatre personnes, à savoir Marc Nantel de Revimat, Me Sébastien Brodeur-Girard, Rodrigue Turgeon, co-porte-parole du Comité citoyen pour la protection de l’esker, et Henri Jacob, de l’Action boréale.

«L’idée de cette première assemblée populaire, c’était de réunir des gens pour discuter des enjeux soulevés par le projet. Ce n’était pas nécessairement d’aller dans les détails techniques; ce sera aux promoteurs de le faire. On voulait surtout faire une réflexion plus large sur ce que le projet implique pour la région, mais aussi à l’échelle internationale», explique Rodrigue Turgeon.

Plusieurs préoccupations

Selon ce dernier, les préoccupations de la population face à ce projet sont plus globales que dans le cas du projet Authier Lithium de Sayona à La Motte, par exemple. «Le promoteur prétend que d’acheminer du gaz naturel sur les marchés internationaux permettra de remplacer le mazout et le charbon, mais rien ne permet vraiment d’affirmer ça. Les gens ont plutôt l’impression que ça viendra s’ajouter à ce qui est déjà utilisé comme énergie fossile», a-t-il rapporté des échanges qui auraient duré plus de 90 minutes.

Le gazoduc projeté traversera plusieurs cours d’eau, des eskers et coupera en deux le corridor migratoire de plusieurs espèces animales. «Ça va aussi entraîner la perte d’habitats naturels et de couvert forestier sans vraiment générer de retombées économiques locales», a-t-il relevé, bien qu’il s’agisse d’un projet de 4,5 milliards $.

La conduite d’un mètre de diamètre transportera du gaz naturel de l’Alberta, ce qui fait craindre qu’elle puisse un jour être utilisée pour transporter autre chose. «Ils vont dégager une emprise de 30 mètres, ce qui pourrait aussi intéresser d’autres compagnies pour passer un oléoduc afin de transporter le pétrole des sables bitumineux», a laissé entendre Rodrigue Turgeon.

Vers un comité

Les organisateurs de cette assemblée populaire sont prêts à répéter l’expérience dans d’autres municipalités. Ils peuvent être contactés via la page Facebook Gazoduq, parlons-en. «Notre objectif, c’est de partager des informations pour que les gens comprennent bien le processus et obtiennent des informations indépendantes et éclairantes sur les grands enjeux du projet, qui sera soumis à des audiences publiques du BAPE et de l’Office national de l’énergie. On invite aussi les communautés anishnabe à se joindre à nous», a indiqué Rodrigue Turgeon.

Par ailleurs, un comité citoyen devrait être formé selon lui au cours des prochaines semaines. «Nous sommes aussi en contact avec des groupes de citoyens du Saguenay-Lac-Saint-Jean et des groupes environnementaux nationaux», a-t-il précisé.

Gazoduq souhaite débuter la construction en 2022 pour une mise en service en 2024.

Premières consultations publiques

Val-d’Or – 15 février 16h à 21h – Le Forestel

Val-d’Or – 16 février 9h à 12h – Le Forestel

Amos – 16 février 15h à 19h – Amosphère

Rouyn-Noranda – 17 février 13h à 17h – Centre des congrès

Rouyn-Noranda – 18 février 9h à 12h – Centre des congrès

La Sarre – 18 février 15h à 21h – Club de l’âge d’or

Senneterre – 19 février 15h à 21h – Salle Chevaliers de Colomb

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média