Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

19 février 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Quatre municipalités s’unissent pour le compostage

Compostage

©Archives - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Les municipalités de La Corne, Landrienne, Saint-Félix-de-Dalquier et Saint-Marc-de-Figuery espèrent lancer la cueillette des matières organiques destinées au compostage à compter du 1er juillet.

MUNICIPAL. Le portrait se précise pour Landrienne, La Corne, Saint-Félix-de-Dalquier et Saint-Marc-de-Figuery, qui s’unissent pour implanter le traitement des matières organiques (compostage) sur leur territoire.

Bien qu’elles travaillent ensemble depuis déjà plusieurs mois à leur projet commun, les quatre municipalités de la MRC Abitibi ont ratifié une entente intermunicipale le 28 janvier. Landrienne agira comme maître d’œuvre.

«Au cours des dernières années, nous avions décidé de ne pas adhérer au projet de la plateforme de compostage de la MRC Abitibi. Saint-Marc et La Corne s’étaient aussi retirées et on a regardé pour monter un projet à trois. Saint-Félix s’est retirée à son tour et a demandé à se joindre à nous», a rappelé le maire Guy Baril, lors de la séance du conseil municipal de Landrienne, le 11 février.

Composteur thermophile

Les quatre municipalités ont étudié différentes avenues avec l’aide du consultant Chamard Stratégies Environnementales. Elles ont convenu, l’automne dernier, d’y aller avec un équipement thermophile de compostage, la même technologie adoptée par Pikogan, mais en quatre fois plus gros (pour près de 3500 habitants).

Un premier appel d’offres pour un projet clé en main a été lancé, mais la seule soumission reçue, jugée trop chère à 1,7 M $, a été rejetée. En janvier, les municipalités ont décidé de prendre le projet en main et estiment qu’il coûtera 672 974 $, dont 300 000 $ seront assumés par le programme Aide au compostage domestique communautaire (ACDC) du ministère de l’Environnement (75 000 $ par municipalité).

Le site à Landrienne

Les infrastructures pour le compostage seront aménagées sur le site de l’ancien centre de tri à Landrienne, près de la scierie. «C’est loin des maisons, c’est accessible et on vient de recevoir les tests de sol, et tout est beau. Il nous reste à obtenir le certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement», a expliqué Mario Tardif, directeur général de Landrienne.

Le site sera asphalté et deux abris de type dôme (40 x 60 pieds) seront aménagés, l’un pour entreposer le compost et l’autre, l’équipement thermophile de compostage avec tout ce qu’il comporte (mélangeur avec balance, cylindres, convoyeurs). Un conteneur maritime avec une entrée électrique est aussi prévu.

Objectif 1er juillet

Le processus d’appels d’offres est déjà amorcé pour l’acquisition des différents équipements. Du coût estimé de 372 974 $, il faut déduire le résiduel de la subvention (ACDC) pour l’acquisition des bacs bruns (74 295 $). Elles prévoient donc débourser chacune près de 75 000 $.

«Nous, à Landrienne, nous avions déjà provisionné ce montant dans notre budget. On évalue aussi les coûts d’exploitation entre 50 000 et 60 000 $ par année. Nous l’avions aussi prévu au budget et les trois autres municipalités vont nous rembourser leur part», a expliqué le maire Guy Baril.

L’objectif des quatre municipalités est de lancer la cueillette des matières organiques le 1er juillet. D’ici là, elle doit compléter ses appels d’offres, aménager le site, établir des scénarios de cueillette, sensibiliser la population au compostage puis lancer la cueillette. Les mois qui suivront serviront à roder les équipements et perfectionner «la recette» pour produire un compost de qualité.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média