Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Éducation

Retour

27 février 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Manifestation d’une centaine d’élèves à La Forêt

Pavillon La Forêt Amos école

©Archives - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Une centaine d’élèves ont protesté contre un avis de sanction à l’endroit de l’un de leurs enseignants.

ÉDUCATION. Plus d’une centaine d’élèves ont manifesté une bonne partie de la journée, le 27 février, dans la salle des casiers du pavillon La Forêt de l’école secondaire d’Amos contre un avis de sanction à l’endroit de l’un de leurs enseignants.

La manifestation s’est amorcée avant le début des classes, à 8h50, et a pris fin à 14h51, selon la Commission scolaire Harricana (CSH). Informée à l’avance de la tenue de l’événement, celle-ci a laissé les élèves manifester pacifiquement.

Afin d’assurer la sécurité des 950 élèves, l’école secondaire a assuré une vigie et a avisé la Sûreté du Québec de la situation. Des agents ont surveillé la situation, mais n’auraient pas eu à intervenir, toujours selon la CSH.

Des élèves et des parents avaient été rencontrés la veille pour tenter de désamorcer la situation. D’autres rencontres ont eu lieu entre la direction d’école et les instigateurs de la manifestation durant la journée.

La Commission scolaire Harricana refuse de commenter davantage la situation, rappelant qu’elle est liée par la Loi sur la protection des renseignements personnels d’un dossier d’un employé ainsi que les démarches en cours avec le syndicat.

Une vidéo en cause?

Selon les informations qui circulent sur les réseaux sociaux, dont la page Facebook de la CSH, la vidéo sur la persévérance scolaire réalisée par BOJO’s Film pour Espace 0-35 serait au cœur du litige. L’utilisation de l’expression «Si t’es écoeuré de l’école» aurait causé des remous et l'enseignant serait intervenu pour défendre la vidéo.

D’ailleurs, le lendemain de la mise en ligne de la vidéo, BOJO’s Film a publié un message d’excuse sur sa page Facebook, expliquant le choix de l’expression par sa volonté de toucher les jeunes et a maintenu sa mise en ligne. Sa diffusion est virale, alors qu’elle a été vue plus de 446 000 fois.

Pas de lien

Or, la Commission scolaire Harricana a réitéré jeudi par voie de communiqué que la vidéo de BOJO’s Film et le dossier d’un employé sont distincts. Elle a rappelé qu’elle a autorisé la diffusion de la vidéo dans les classes de ses écoles secondaires d’Amos et Barraute, le 11 février, dans le cadre des Journées de la persévérance scolaire. Deux projections ont aussi été faites devant le comité consultatif de gestion des directions d’établissements et au déjeuner-conférence du 14 février avec Michel Laplante.

Après des mises au point avec BOJO’s Film, elle a aussi partagé la vidéo intégrale sur sa page Facebook le 19 février en félicitant l’entreprise ainsi que les participants pour le succès de la vidéo sur les réseaux sociaux. Toutefois, selon nos informations, la première diffusion en ligne et dans les classes ne comprenait pas la phrase controversée.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média